Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Parution d'articles de presse web concernant édifices religieux, œuvres d'arts ou manifestations chrétiennes.

L’avent, le "délit d'initié" des chrétiens (Aleteia)

© P Deliss / Godong  - L'Enfant-Jésus dans la crèche.

© P Deliss / Godong - L'Enfant-Jésus dans la crèche.

SPIRITUALITÉ

L’avent, le "délit d'initié" des chrétiens

Jean-Michel Castaing - Publié le 18/12/20

Privilégiés, les chrétiens bénéficient d’une « info » de première importance : ils connaissent déjà l’identité de l’enfant né à Bethléem le 25 décembre. Pour eux, grâce à Jésus, le temps de l’avent est le temps de l’annonce de la paternité de Dieu.

Pour les chrétiens, l’avent est l’occasion de déployer leur connaissance de Dieu. De même que dans l’économie d’aujourd’hui, l’information et le renseignement pèsent davantage que le capital matériel, de même pour la foi : ce que nous savons de Dieu représente d’utiles moyens pour aider nos frères à mieux vivre l’avent et Noël. Car il est hors de question de feindre de méconnaître qui est Jésus-Christ, comme si nous étions dans une ignorance similaire à celle des croyants qui attendaient un messie il y a deux mille ans ! L’Enfant qui naît à Bethléem est le Fils du Père. Nous ne sommes plus dans le suspense au sujet de la nature de l’intervention de Dieu prophétisée par les écrivains sacrés de la première Alliance. Dieu a envoyé son Fils. Alors, qu’attendrons-nous durant l’avent ? La réouverture des magasins ? Un allègement du confinement ? L’assouplissement des protocoles sanitaires ? L’augmentation du nombre de personnes autorisées à prendre part au repas de minuit pour déguster la bûche ?

Un temps d’avance

Non, pas seulement ! En fait, nous devons nous comporter comme les escrocs qui se rendent coupables de délit d’initié ! Car nous aussi, à l’image de ces derniers, nous sommes en possession d’informations de première main qui nous permettent d’anticiper, d’agir avant les autres et de devancer de la sorte la marche du monde. Quelles informations ? Nous savons que Dieu est Père et qu’Il a envoyé Son Fils à Noël. Munis d’un tel « tuyau », attendre passivement que les fêtes approchent, comme si nous restions dans l’ignorance de la teneur historique et théologique de ce qui est arrivé à Bethléem il y a deux mille ans, serait à la fois contreproductif, ridicule et bien peu charitable. Toute la question est de savoir ce que nous ferons du temps d’avance que nous possédons sur l’événement du 25 décembre.

Durant l’Avent, nous aurons à cœur de prier que la paternité de Dieu fasse son chemin dans l’esprit des hommes de telle sorte qu’ils prennent conscience que le Fils qui nous est donné à Noël est venu dans le but de nous faire devenir à notre tour enfants de Dieu.

Le chrétien prie chaque jour le « Notre Père ». Or, le mystère de l’Avent confère une coloration particulière à la prière que Jésus nous a apprise. La première demande « que ton Nom soit sanctifié » doit résonner en consonance avec l’attente de la venue du Messie. En tant qu' »initiés » à la venue du Fils de Dieu à Noël, nous serions inexcusables de ne pas faire profiter nos semblables de cette « info » de  première importance ! Comment ? La sanctification du Nom nous fait obligation de prier afin que la paternité de Dieu soit reconnue par les hommes de bonne volonté.

L’occasion de (re)découvrir la paternité de Dieu

En effet, Jésus nous a révélé que le Nom divin était « Père ». Ainsi, durant l’Avent, nous aurons à cœur de prier que la paternité de Dieu fasse son chemin dans l’esprit des hommes de telle sorte qu’ils prennent conscience que le Fils qui nous est donné à Noël est venu dans le but de nous faire devenir à notre tour enfants de Dieu. Nous aurons dès lors travaillé, à notre niveau, à ce que Dieu exauce la première demande du « Pater » : en effet, le Nom divin n’est jamais mieux sanctifié que lorsque les hommes reconnaissent la bonté et la munificence paternelles de Dieu à leur égard. Munis de cette info, nos frères pourront mieux s’identifier à l’Enfant de la crèche, lui dont nous connaissons déjà l’identité filiale divine, et prendre ainsi la mesure de l’amour dont le Père les entoure.
Loin de tirer un bénéfice égoïste de notre info en la gardant jalousement pour nous, notre initiation baptismale nous pousse au contraire à faire profiter nos semblables de la béatitude promise par Jésus, et qui s’accorde si bien au mystère de Noël : « Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu. » Toutefois, cette prière pour nos frères, nous la dirons aussi pour nous, car aussi « initiés » que nous soyons, jamais nous n’arriverons à faire le tour de l’extraordinaire bénédiction que renferme le nom de « Père » !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article