Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Parution d'articles de presse web concernant édifices religieux, œuvres d'arts ou manifestations chrétiennes.

Le « Magnificat » de Bernadette Soubirous pour se rendre disponible à l’action de Dieu (Aleteia)

©Stanisław Krysiński - Statue de la Vierge dans la grotte de Lourdes.

©Stanisław Krysiński - Statue de la Vierge dans la grotte de Lourdes.

SPIRITUALITÉ

Le « Magnificat » de Bernadette Soubirous pour se rendre disponible à l’action de Dieu

 

Marzena Devoud - Publié le 15/04/21

Découvrez le « Magnificat » de Bernadette Soubirous, que l'Église fête le 16 avril, cette prière écrite par la petite voyante de Massabielle à laquelle la Vierge est apparue dix-huit fois au cours de l'année 1858.

Le 11 février 1858, la Vierge apparaît à Bernadette Soubirous, une jeune fille de 14 ans qui vient d’une famille modeste des environs. C’est le début d’une série de dix-huit apparitions au cours desquelles la fameuse « Dame » donnera son nom : elle est l’Immaculée conception. En révélant ce nom, Marie confirme ainsi le dogme qui avait été proclamé par le pape Pie IX quatre ans auparavant.

Mais ce nom est bien plus qu’un patronyme. Marie, l’Immaculée, est une femme toute disponible à l’action de Dieu en elle. Conçue sans péché, sa mission est de transmettre au monde, sans obstacle, l’amour de Dieu pour chacun. C’est ce que la petite voyante de Massabielle écrira dans sa prière « Magnificat », extraite du carnet de ses notes intimes :

« Ô Marie, tendre Mère, Vous vous êtes abaissée jusqu’à terre pour apparaître à une faible enfant et lui communiquer certaines choses, malgré sa grande indignité… Vous, la Reine du ciel et de la terre, avez bien voulu Vous servir de ce qu’il y avait de plus faible selon le monde. Ô Marie, donnez à celle qui ose se dire Votre enfant cette précieuse vertu d’humilité. Faites, ô tendre Mère, que Votre enfant Vous imite en tout et pour tout, en un mot, que je sois une enfant selon Votre cœur et celui de Votre cher Fils.  Ainsi soit-il. »

Fred de Noyelle / Godong - Statue de Sainte Bernadette Soubirous, à Nevers (Nièvre)

Fred de Noyelle / Godong - Statue de Sainte Bernadette Soubirous, à Nevers (Nièvre)

Les trois gestes de Marie devant sainte Bernadette

Jean-Michel Castaing - Publié le 17/02/21

Avant de révéler son nom à Bernadette, la Vierge Marie fit trois gestes dont la signification fondamentale nous aide à comprendre le don de la grâce divine.

Le 2 mars 1858, à l’occasion de sa treizième apparition à Lourdes, la Vierge dit à Bernadette : « Allez dire aux prêtres que l’on construise ici une chapelle et que l’on y vienne en procession ». Le même jour, la voyante rencontre le curé de Lourdes et lui transmet la demande de la belle dame. L’abbé Peyramale dit à la bergère qu’il n’y répondra favorablement qu’à condition de connaître le nom de la personne qui lui adresse une telle requête.

Les 3 et 4 mars, soucieuse de satisfaire la volonté de l’amie qui lui manifeste un respect qu’elle n’a jamais connu auprès des autres habitants de Lourdes, Bernadette n’a rien de plus pressé que de prier la belle dame d’avoir la bonté de lui dire son nom. Mais à chaque fois, la bergère n’obtient pour toute réponse qu’un sourire. C’est ainsi que les événements de Lourdes nous mettent en présence de trois demandes insatisfaites : une demande de la Vierge, une demande du curé, une demande de Bernadette. Comment dénouer cet enchevêtrement de suppliques ? En fait, sa résolution est conditionnée à la révélation du nom de la belle dame de la grotte ! Là réside le nœud de toute l’affaire.

Les trois gestes de Notre Dame

Aussi, le 25 mars 1858, solennité de l’Annonciation, Bernadette est-elle plus déterminée que jamais à obtenir une réponse de la part de la belle personne qui lui fait la grâce de converser avec elle à la grotte. Et c’est bien ce qui arriva. Ce jour-là, point culminant des apparitions de Notre Dame à Lourdes, Marie fit ce qu’elle n’avait jamais réalisé dans aucune de ses apparitions sur la terre : révéler son nom. « Je suis l’Immaculée Conception » dit-elle à la petite bergère. Cependant, avant de livrer cette révélation bouleversante, la Vierge accomplit trois gestes significatifs qui constituent une brève et stupéfiante catéchèse sur les trois vertus théologales : la foi, l’espérance et la charité.

 

Pascal Deloche | GoDong

Pascal Deloche | GoDong

D’abord, elle joint les mains : par-là, elle nous enseigne que la foi se renforce par la prière.

Ensuite, elle écarte les mains et étend ses bras vers la Terre. Elle nous montre ainsi qu’elle se soucie du sort de ses enfants en butte aux difficultés de toute sorte ici-bas et qu’elle écoute leurs prières en les recueillant dans ses mains. Ce second geste représente un motif d’espérance.

  • Par ce troisième geste solennel, Marie nous révèle combien elle est aimée de Dieu

Enfin, avant de prononcer les paroles décisives et de briser le silence qui oppressait Bernadette, la Sainte Vierge ramène, en les joignant de nouveau l’une à l’autre, ses deux mains à la hauteur de son cœur et lève les yeux au ciel. Par ce troisième geste solennel, Marie nous révèle combien elle est aimée de Dieu — comme si, sentant que son cœur va éclater sous l’effet de l’amour que le Père lui porte, elle désire contenir son bonheur. Surtout, avec ce double et ultime mouvement, Marie nous dit que nous aussi sommes aimés par Dieu du même amour qu’Il porte à Sa fille de prédilection.

Le don de la grâce

Ainsi, les trois gestes de la Vierge qui précèdent la révélation de son nom à Lourdes constituent-ils une pédagogie saisissante, par le corps, de la spiritualité chrétienne. Muni du don des trois vertus théologales : la foi, l’espérance et la charité, le disciple de Jésus est bien armé pour franchir les épreuves de l’existence et mener à bien ses projets au service de ses frères et de l’évangélisation.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article