Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Parution d'articles de presse web concernant édifices religieux, œuvres d'arts ou manifestations chrétiennes.

Les objets liturgiques (6/6): la châsse, précieux abri du corps des saints (Aleteia)

© Pascal Deloche / Godong - Châsse de Saint-Firmin à la cathédrale d'Amiens.

© Pascal Deloche / Godong - Châsse de Saint-Firmin à la cathédrale d'Amiens.

ART & VOYAGES

Les objets liturgiques (6/6): la châsse, précieux abri du corps des saints

Sophie Roubertie - Publié le 19/05/21

Dès les premiers temps de l’Église, les chrétiens ont pris l’habitude de recueillir les corps des martyrs pour les vénérer. Rapidement, la messe a été célébrée sur un autel contenant des reliques. Les restes sacrés des saints ont ensuite été conservés dans des châsses, distinctes des autels, dont certaines sont des merveilles artistiques.

Les châsses sont une forme particulière de reliquaire, terme qui regroupe tous les objets pouvant contenir des reliques. Il s’agissait à l’origine d’un simple coffre, issu de la tradition de conservation des reliques sous l’autel. Généralement en bois, la châsse contenait en principe la totalité du corps du saint. 

Si toutes les églises continuent de conserver un autel intégrant des reliques, ces dernières sont généralement de très petite taille, incrustées dans la pierre d’autel et peuvent être sorties pour pouvoir être exposées à la piété des fidèles ou des pèlerins. Lorsque la forme s’y prête, elles peuvent également être portées en procession.

La châsse de Saint-Calmin est la pièce maîtresse du trésor de l’abbaye de Mozac en Auvergne. - © Matthieu Perona, CC BY 3.0 via Wikimedia Commons

La châsse de Saint-Calmin est la pièce maîtresse du trésor de l’abbaye de Mozac en Auvergne. - © Matthieu Perona, CC BY 3.0 via Wikimedia Commons

La forme des châsses prend celle des cercueils ou des sarcophages. À partir du XIIe siècle, lorsque les dons le permettent, les simples boîtes s’ornent de plaques d’argent, de pierres précieuses ou d’émaux. La châsse de Saint-Calmin, merveille du travail de l’émail en Limousin du XIIe siècle, est la pièce maîtresse du trésor de l’abbaye de Mozac, située en Auvergne. Elle est la plus grande châsse conservée dans le monde en émaux champlevés.

Christ en gloire et le tétramorphe sur la châsse de saint Calmin et de sainte Namadie. - © Photo de l’association Club historique mozacois, Attribution, via Wikimedia Commons

Christ en gloire et le tétramorphe sur la châsse de saint Calmin et de sainte Namadie. - © Photo de l’association Club historique mozacois, Attribution, via Wikimedia Commons

Pour inciter à la piété et éviter les dérives idolâtres, les scènes représentent le plus souvent des événements remarquables de la vie du saint ou des scènes religieuses.  Le détail de la châsse de Saint-Calmin représentant le Christ en gloire avec le tétramorphe (les symboles attribués à chaque évangéliste) montre la qualité exceptionnelle du travail des artisans émailleurs et bronziers.

Les châsses peuvent également prendre la forme d’une église en miniature. La châsse de saint Taurin, exposée à Évreux, prend ainsi la forme d’une église gothique surmontée d’un clocher. L’ouvrage est en cuivre doré rehaussé de plaques en argent, d’émaux et de cabochons. Rien n’est trop beau pour Dieu et ses saints !

La châsse de saint-Taurin à Évreux. - © Par theoliane — Travail personnel, CC BY-SA 3.0

La châsse de saint-Taurin à Évreux. - © Par theoliane — Travail personnel, CC BY-SA 3.0

Parfois, lorsque le corps d’un saint est retrouvé intact à l’ouverture de son tombeau, il est montré aux pèlerins. C’est le cas pour sainte Bernadette dont le corps, conservé à Nevers, est placé dans une châsse de verre et de bronze. Une statue de cire peut aussi reproduire le corps du saint.

Le corps incorruptible de sainte Bernadette. - © Creative Commons

Le corps incorruptible de sainte Bernadette. - © Creative Commons

Encore maintenant, de nombreuses églises organisent des processions au cours desquelles les châsses sont portées dans les rues, appelant les fidèles à prier leurs saints locaux et à perpétuer, ou renouveler, d’anciennes traditions.

 

Lire aussi :

Les objets liturgiques (5/6): les vases aux saintes huiles

Les objets liturgiques (4/6): le ciboire, précieux contenant du corps du Christ

Les objets liturgiques (3/6) : le calice, rappel de la coupe de vin de la Cène

Les objets liturgiques (2/6) : le tabernacle, le lieu où Jésus reste au milieu de nous

Les objets liturgiques (1/6): l’ostensoir, signe de la présence réelle du Christ

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article