Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Parution d'articles de presse web concernant édifices religieux, œuvres d'arts ou manifestations chrétiennes.

Tour d'horizon sur les symboles bretons (Tourisme et Loisirs en Bretagne)

 Rien de tel pour un retour aux sources, que de faire un tour d'horizon sur les symboles bretons. Si vous vous demandez encore ce qu'est le Gwen Ha Du, le Tro Breizh ou encore le Triskell, venez vérifier vos connaissances sur la Bretagne et son histoire à travers ses emblèmes.

Rien de tel pour un retour aux sources, que de faire un tour d'horizon sur les symboles bretons. Si vous vous demandez encore ce qu'est le Gwen Ha Du, le Tro Breizh ou encore le Triskell, venez vérifier vos connaissances sur la Bretagne et son histoire à travers ses emblèmes.

1. Gwen ha du, le drapeau breton.

Créé en 1925 par le militant breton Morvan Marchal, le Gwenn ha du s'affiche désormais comme le symbole incontesté de la Bretagne.

Neuf bandes alternativement noires et blanches, accompagnées d'un semis d'hermines, neuf pays, neuf évêchés : tel est le Gwenn ha du, le drapeau de la Bretagne. Le noir pour les pays gallo : Rennais, Nantais, Dolois, Malouin, Penthièvre; le blanc pour les pays

  • Un symbole récent

Il s'agit cependant d'un symbole récent, né en 1925 sous le crayon de Morvan Marchal. Il est fortement inspiré des armes de la ville de Rennes qui comporte des bandes blanches et noires verticales accompagnées d'un semis d'hermines.

L'hermine est un motif que l'on retrouve sur le drapeau du duché de Bretagne dès 1318.

Morvan Marchal a imaginé sur cette base un emblème moderne pour la Bretagne.Cette démarche a suscité de nombreuses réactions. Le Gwenn ha du est contesté dès son apparition au sein-même des défenseurs d'une identité bretonne.

Il aura fallu plus de 50 ans pour que ce drapeau s'impose définitivement et soit débarrassé de toute connotation politique et séparatiste.

  • Signification du drapeau breton

Le Gwenn ha du signifie littéralement “noir et blanc”, couleurs historiques de la Bretagne. Mais comment peut-on expliquer la composition du drapeau breton ?

- Les mouchetures d’hermine sont au nombre de 11. Le choix de ce nombre précis ne représente rien de particulier et demeure à ce jour inconnu. En revanche, l’hermine en tant que symbole n’a rien d’anodin. Mais nous y reviendrons plus tard

- Les quatre bandes blanches représentent les quatre pays de la Basse-Bretagne : Bro-Leon (Léon), Bro-Gernev (Cornouaille), Bro-Wened (Vannetais) et Bro-Dreger (Trégor). Le territoire de la Basse-Bretagne occupe la partie sud et occidentale de la région bretonne.

- Les cinq bandes noires représentent les cinq pays de Haute-Bretagne : Bro-Sant-Brieg (Saint-Brieuc), Bro-Zol (Dol), Bro-Sant-Maloù (Saint-Malo), Bro-Roazhon (Rennes) et Bro-Naoned (Nantes). Quant à lui, le territoire de la Haute-Bretagne occupe la partie orientale de la Bretagne. 

La disposition s’inspire grandement de la bannière étoilée des États-Unis d’Amérique ou bien même du drapeau grec.

  • Origines du Gwenn ha du

Comme dit précédemment, les éléments dont dispose le drapeau de la Bretagne s’observent dans les armoiries de la ville de Rennes. On y retrouve les mouchetures d’hermine ainsi que les bandes blanches et noires, cette fois verticales. 

Mais l’hermine et les couleurs blanches et noires ne sont pas réservés à la ville de Rennes. Auparavant, depuis le Moyen-âge jusqu’à la création du Gwenn ha du en 1925, de nombreux drapeaux, blasons et autres armoiries utilisaient le blanc et le noir. Ces couleurs proviennent directement de la bannière blanche mouchetée d’hermine noire. Comme de nombreux autres symboles bretons l’hermine possède des origines anciennes.

Souvent, l’attribution du Gwenn ha du en tant que couleurs de la Bretagne s’est faite lors de la Guerre de Succession de Bretagne entre 1341 et 1364. On retrouve ces couleurs avec la croix noire (Kroaz du) utilisée par les templiers bretons ainsi que sur le pavillon à croix noire herminée qui se présente en tant que véritable ancêtre de l’actuel drapeau breton. Ce pavillon fut beaucoup utilisé par les ports bretons et flottes bretonnes au XVème et XVIème siècles.

  • L’hermine sur le drapeau breton

Pourquoi l’hermine se retrouve-t-elle sur le Gwenn ha du ? En quoi l’hermine bretonne représente-t-elle si bien la Bretagne dans son ensemble ?

Tout d’abord, il faut savoir que la moucheture noire de l’hermine représente en réalité sa queue qui, l’hiver venu, est la seule partie de sa fourrure qui reste entièrement noire.

La première apparition connue de l’hermine dans l’héraldique provient du blason “brisé” de Pierre de Dreux, duc de Bretagne. Originellement destiné à une vie au sein de l’Eglise, il aurait fait ajouter la bannière d’hermine au blason de son père afin d’y symboliser la pureté, à l’instar du lys français. En effet, l’hermine était autrefois exclusive au clergé.

Une autre provenance, plus légendaire cette fois, mettrait en scène Anne de Bretagne lors d’une partie de chasse, fut impressionnée par le flegme que lui évoquait une hermine préférant se laisser tuer par les chiens que de traverser une étendue boueuse. Elle gracia l’hermine et en fit son emblème. La devise de la Bretagne provient également de cette légende :

“Kentoc'h mervel eget bezan saotret” (”Plutôt la mort que la souillure”, pour les non bretonnants)

  • L’emoji drapeau breton

C’est l’histoire d’une union entre la Région Bretagne et l’association www.bzh qui, au mois de janvier 2020, ont lancé la campagne Twitter #EmojiBZH. L’objectif ? Convaincre le consortium Unicode à faire rentrer le Gwenn ha du au panthéon des emojis utilisables dans le monde entier et sur toutes les plateformes de médias sociaux.

Avec plus de 405 000 mentions Twitter envoyés depuis 199 pays, la campagne fut un d’un succès des plus retentissant. Le 27 mars 2020, l’association annonce avoir envoyé la candidature officielle et nous devrons attendre le mois de janvier 2021 afin de savoir si l’emoji drapeau breton sera bien intronisé par Unicode.

  • Acheter un drapeau breton

Envie d'arborer un drapeau de la Bretagne ? La marque AZ Flag propose un Gwenn ha Du breton aux dimensions 150x90 cm pour 7,45 €. Ce grand drapeau breton, conditionné à l'unité et reçu sous blister, est en polyester et possède des coutures doublées et des bords renforcés. De quoi tenir un match de football, un concert ou tout autre événement qui vous fait ressentir le besoin d'exposer la culture.

 
Tour d'horizon sur les symboles bretons (Tourisme et Loisirs en Bretagne)

2. L'Hermine, l'emblème de la Bretagne.

Ce petit mammifère carnivore a été utilisé très tôt en héraldique (relatif au blason), soit de manière réaliste (c'est l'hermine passante), soit sous forme stylisée (sans doute inspirée de sa fourrure), ressemblant un peu à une croix avec 3 pointes vers le bas.

  • Origines de l'hermine

Adoptée en Bretagne par la lignée ducale des Montfort, elle a fini par être considérée un peu partout comme 'le' symbole de la Bretagne et aujourd'hui, elle se retrouve de fait, dans les armoiries d'un très grand nombre de villes bretonnes comme Vannes, Rennes ou St Nazaire.

L'hermine est un petit animal brun dessus et blanc dessous. En hiver, elle devient toute blanche, sauf sa queue qui reste toujours noire. A l'origine, les blasons étaient des écus (boucliers) qui, à l'époque des croisades, ont été peints ou recouverts de fourrures, principalement d'hermines ou d'écureuils.

Les peaux d'hermines étaient cousues côte à côte et on plaçait au milieu de chacune la queue noire fixée par trois barrettes en forme de croix.

hermine bretonne

 

  • De l'animal au blason. Pourquoi l'hermine est le symbole de la Bretagne ?

En 1202, la duchesse de Bretagne Alix épousa le duc Pierre de Dreux. A l'époque, seul l'ainé des enfants pouvait garder le blason familial, les autres enfants devaient 'briser les armes', c'est à dire ajouter une brisure, un signe distinctif. Pierre de Dreux avait ajouté au blason familial une brisure de moucheture d'hermine. C'est ainsi que l'hermine fit son apparition en Bretagne. L'hermine est au duc de Bretagne ce qu'est le lys au roi de France, deux symboles de pureté.

  • Légende bretonne. Quelle est la devise de la Bretagne ?

Cela donnera naissance à la devise de la Bretagne :

'Plutôt la mort que la souillure' soit 'Kentoc'h mervel eget bezan saotret'

Illustrée par une légende dont voici une des versions : la duchesse Anne de Bretagne, lors d'une chasse, vit une hermine, traquée par les chiens, préférer mourir que de se salir en traversant une mare boueuse. Fascinée, la duchesse lui laissa la vie sauve et fit de l'hermine son emblème.

  • Pourquoi il y a 11 hermines sur le drapeau breton ?

Les 11 hermines ne représentent rien de spécifique et le choix de ce nombre n’est pas connu à l’heure actuelle. En revanche, certaines théories affirment qu’il s’agit là de la représentation de plusieurs saints de la région mais sans apporter d’éléments de preuve formels.

Tour d'horizon sur les symboles bretons (Tourisme et Loisirs en Bretagne)

3. Le BZH, l'abréviation bretonnante.

Les lettres BZH, que l'on trouve souvent sur les voitures des bretons, sont en fait l'abréviation de 'Breizh' (qui signifie Bretagne, en breton).

Le BZH représente tout un symbole

En effet, il y a quelques décennies, certains Bretons arboraient fièrement ce sigle à l'arrière de leur voiture, mais l'état français déclara cette pratique illégale, prétendant que seuls le pays d'origine avait le droit de figurer sur un autocollant au derrière des voitures.

C'était sans compter sur la ténacité des Bretons, qui obtinrent gain de cause au tribunal de Rennes. Aujourd’hui encore, le bzh reste un symbole identitaire fort auquel non seulement les Bretons, mais également les touristes et visiteurs amoureux de la Bretagne arborent à l’arrière de leur véhicule.

Que veut dire bzh ?

En breton, bzh est l’abréviation de Breizh qui signifie tout simplement la Bretagne. En moyen breton, Breiz est attesté sans le h. Il est alors un dérivé du mot Bittia qui est lui-même un dérivé bas-latin de Britto qui fut le terme latin désignant les peuples brittoniques de l’actuelle Grande-Bretagne.

Le .bzh à l’ère du numérique

Ces trois petites lettres placées dans cet ordre représente l’autocollant numérique utilisé par les entreprises, particuliers et sites internet qui souhaitent revendiquer une appartenance à la Bretagne sur les supports en ligne. Le projet a démarré en 2004 mais ce n’est qu’en 2014 qu’il fut possible de s’octroyer la fameuse extension de domaine au même titre qu’un .com ou d’un .fr. Chaque site internet qui souhaite posséder l’extension doit l’acheter auprès de l’association www.bzh. Les bénéfices réalisés par cette association à but non lucratif seront réinvestis dans l’économie bretonne numérique.

Le .bzh représente l’avantage de créer une confiance et un gage de qualité auprès de ses utilisateurs. En effet, l’association met un point d’honneur à ce qu’il n’y ait aucun abus parmi les sites internet utilisant leur extension de domaine. Il s’agit également d’un excellent moyen de communication lorsque qu’il est utilisé à la fin d’une adresse e-mail.

L’emoji bzh à l’heure des réseaux sociaux

Plus que simplement trois lettres, l’abréviation de Breizh appartient au patrimoine immatériel de la Bretagne, si bien que sa simple évocation l’associe presque automatiquement avec le Gwenn ha du, le drapeau breton. À la fin des années 2010, la pétition #emojiBZH côtoie les 34 000 signatures afin de promouvoir l’émoji représentant le drapeau noir et blanc breton. Une candidature officielle a été envoyée en février 2020 auprès du consortium Unicode afin de permettre au monde entier d’utiliser l’émoji drapeau breton sur les réseaux sociaux. Les résultats tomberont en janvier de l’année 2021 !

De plus, en tant que région touristique attractive, la Bretagne n’a jamais été autant photographiée que depuis l’avènement des médias sociaux. À ce jour, l’hashtag #madeinbzh a été utilisé plus de 82 000 fois sur Instagram alors que le #bzh est présent sur plus 1,5 million de publications Instagram !

 

Tour d'horizon sur les symboles bretons (Tourisme et Loisirs en Bretagne)

4. Le Triskell, le symbole celte.

Le Triskell est un symbole celtique à trois branches. Il y a plusieurs interprétations de ce symbole.

  • Interprétation du triskell

La première, la plus courante, est que les trois branches représentent l'Eau, la Terre et le Feu. Mais d'autre disent qu'il s'agit du Ciel, de la Terre et de l'Eau.

Une autre interprétation possible est que les branches symbolisent les trois principaux dieux de la religion celtique : Lug, Ogme et Dagda. Certains disent encore que les branches symbolisent le sommeil, le rêve et l'éveil. D'autres disent qu'il s'agit du cycle de la vie : enfance, vie adulte, vieillesse peut aussi symboliser le passé, le présent et le futur. Certains se demandent aussi si, tout simplement, le Triskell ne serait pas inspiré du trèfle !

Le triskell, symbole celte

  • Symbole celte

Le Triskell, avec ses courbes, est symbole de dynamisme, d'enthousiasme, contrairement aux croix figées. La rotation du triskell a une signification. Les branches d'un Triskell doivent toujours tourner dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, qui est le sens sacré (paix). Lorsque les branches d'un Triskell ne tournent pas dans ce sens-là, on dit que c'est signe de guerre ou de conflit (sens maléfique).

En tout cas, ce qui est sûr c'est que le Triskell est devenu le symbole Interceltique le plus répandu.

Son origine est très ancienne, il est antérieur à -400 av JC... C'est un symbole qui a toujours été très utilisé par les celtes.

  • Triskel ou Triskell ?

Orthographié triskèle en français et triskel ou triskell en breton, il n’y a pas véritablement de mauvais choix, juste des variations. On l’appelle également triscèle, qui signifie « à trois jambes » en grec (triskélès).

  • Art et architecture

Le triskell est présent depuis la période néolithique, que ce soit dans des gravures sur pierre ou, bien plus tard, sur des façades d’églises et des vitraux.

Hautement symbolique, il connaît un regain d’intérêt dans les années 1970 car utilisé par nombre d’artistes bretons comme le chanteur Alan Stivell.

  • Présence internationale

Outre la Bretagne, on trouve le triskel dans d’autres contrées, à commencer par le drapeau de l'Île de Man et de la Sicile. Le Tomoe japonais et le Gankyil tibétain représentent des moutures asiatiques de ce symbole.

Tour d'horizon sur les symboles bretons (Tourisme et Loisirs en Bretagne)
5. Le Tro Breizh, le pèlerinage breton.

Le Tro-Breizh est un pèlerinage né au Moyen-âge qui permet d'honorer les 7 Saint fondateurs du Christianisme en Bretagne. Il emmenait les croyants autour de la Bretagne pour y prier devant les reliques des sept saints et évêques fondateurs du pays, dans chacune de leurs villes :

  • Saint Samson à Dol-de-Bretagne,
  • Saint Malo,
  • Saint Brieuc,
  • Saint Tugdual à Tréguier
  • Saint Pol Aurélien à Saint-Pol-de-Léon,
  • Saint Corentin à Quimper
  • Saint Patern à Vannes.

Le trajet de plus de 500 km se faisait à pied et en groupe, et l'organisation des étapes était généralement assurée par les moines.

Tout Breton devait effectuer le Tro-Breizh pour gagner le paradis.

On dit que chaque Breton et Bretonne qui ne l'avait pas fait de leur vivant seraient condamnés à faire le Tro-Breizh après leur mort, de façon très inconfortable. C'est à dire qu'ils n'avanceraient que de la longueur de leur cercueil, tous les sept ans... Aujourd'hui, et déjà depuis quelques années, certains Bretons ont repris la route du Tro-Breizh.

 

Tour d'horizon sur les symboles bretons (Tourisme et Loisirs en Bretagne)

6. La Croix Celtique, symbole du christianisme celte.

On rencontre des Croix Celtiques dans chacun des pays celtes. En Bretagne et en Irlande, beaucoup de croix en pierre ont été érigées dès le début du VIIIe siècle. Mais, cette croix aurait des origines plus anciennes car elle représenterait la divinité nordique Odin.

Signification de la Croix Celtique

La signification des branches n'est pas définie, elles pourraient faire référence aux quatre points cardinaux ou aux quatre saisons, ou encore avoir un rapport avec les planètes.

Quant au cercle, il symbolise le monde qui nous entoure, la connaissance, l'univers, mais également le symbolisme de la roue très présent dans la tradition celtique. La croix celtique ou druidique fait donc la synthèse des représentations symboliques de nos ancêtres. Elle associe le temps et l'espace.

Origines de la Croix Celtique

La graphie des croix celtiques en Bretagne nous provient des migrations celtes depuis les îles britanniques. Dès le VIIe siècle, les Irlandais et habitants de Grande-Bretagne érigent des croix ornées d’un cercle. S’il est possible que le cercle soit originellement une technique utilisée pour faire tenir les branches entre elles, il est admis qu’il soit devenu purement stylistique et caractéristique du catholicisme irlandais du Moyen-âge. Ces croix celtiques étaient souvent des monuments à part entière en tant que Haute Croix. Les fidèles se rassemblaient autour de la croix érigée qui faisait office de lieu de culte sacré. Nous pouvons citer deux croix celtiques des plus célèbres :

  • La croix celtique de Kells, dont l’abbaye connue bon nombre de pillages viking au Xe siècle
  • La croix celtique de Muiredach, à Monasterboice, est entièrement sculptée et présente des scènes l’Ancien Testament sur l’une des faces et des scènes du Nouveau sur l’autre

En Bretagne, les croix celtiques sont plus rares mais la plus réputée est celle de Saint-Cado. On les retrouve également en Normandie, dans le Limousin et même en Auvergne.

La Croix Celtique au XIXe siècle

La croix celtique est devenue un symbole celte par excellence au point d’être un modèle récurrent de tatouages et de pendentifs. En réalité, cette “mode” provient du XIXe siècle et des mouvements indépendantistes irlandais qui souhaitent réaffirmer une identité culturelle forte autour de symboles dont fait partie la croix cerclée. La croix celtique en tant que symbole est donc plus récente que l’on peut le croire.

Quelles sont les spécificités de la croix bretonne ?

Les croix bretonnes ne disposent pas d’une particularité appuyée en comparaison avec celles des autres nations celtes. Elle se compose de quatre branches et d’un cercle, comme en Irlande.

Tour d'horizon sur les symboles bretons (Tourisme et Loisirs en Bretagne)

7. La Devise bretonne "kentoc'h mervel eget em zaotra".

'kentoc'h mervel eget em zaotra' soit 'Plutôt la mort que la souillure'. Cette devise aurait été choisie par Alain Barbe Torte à l'issue d'une bataille avec les Normands.

Barbe Torte et ses soldats étaient poursuivis par les Normands et poussés vers une rivière en crue, et pleine de boue.

Barbe Torte vit alors une hermine poursuivre un renard, au lieu de s'enfuir, elle fit face au renard. Barbe Torte suivit son exemple et lança à ses troupes : « Plutôt la mort que la souillure ».

Plus tard en 939, Barbe Torte battra les Normands près de Cancale et sauvera l'unité de la Bretagne.

Tour d'horizon sur les symboles bretons (Tourisme et Loisirs en Bretagne)

8. Hymne breton : Le Bro Gozh Ma Zadou, Le vieux Pays de mes Pères.

Le 'Bro Gozh Ma Zadoù' (en breton, 'le vieux pays de mes pères') est le titre de l'hymne national Breton. La Bretagne partage son hymne avec la Cornouailles (Bro Goth Agan Tasow) et le Pays de Galles (Hen Wlad Fy Nhadau). Les textes sont sensiblement les même, en langue bretonne, cornique et galloise.

Les chanteurs qui ont repris cet hymne breton

La chanson a été reprise par plusieurs musiciens :

  • Alan Stivell en 1995
  • Tri Yann en 1998, 2001 et 2004
  • Tri Bleiz Die en 2005
  • Didier Squiban Trio en 2010
  • Nolwenn Leroy en 2010

Les temps forts bretons au rythme du Bro Gozh Ma Zadou

L'hymne breton a été repris à plusieurs reprises par des personnalités politiques bretonnes, ou lors d'événements officiels :

  • En ouverture du procès de l'Amoco Cadiz en 1982 à Chicago par 150 élus bretons
  • La préfète de région Bernadette Malgorn a repris l'hymne lors d'une cérémonie officielle en 2006
  • Lors des rencontres de l'équipe de Bretagne de football à Rennes, Saint-Brieuc ou St Nazaire
  • Lors de la finale de la coupe de France de football qui opposa 2 club bretons, le Stade Rennais et l'En Avant de Guingamp. Le président de région JY Le Drian était intervenu pour que l'hymne soit joué.
  • Cet hymne est également diffusé avant chaque rencontre à domicile du Stade Rennais, lors des matches de championnat et de coupe.
  • La SNCF a utilisé ponctuellement l'air de cet hymne en gares de Rennes et de Redon à la fin des années 60

Les paroles

« Ni, Breizhiz a galon, karomp hon gwir Vro ! Brudet eo an Arvor dre ar bed tro-dro. Dispont kreiz ar brezel, hon tadoù ken mat, A skuilhas eviti o gwad.

Refrain

O Breizh, ma Bro, me 'gar ma Bro. Tra ma vo mor 'vel mur 'n he zro. Ra vezo digabestr ma Bro ! Breizh, douar ar Sent kozh, douar ar Varzhed, N'eus bro all a garan kement 'barzh ar bed, Pep menez, pep traonienn, d'am c'halon zo kaer, Enne kousk meur a Vreizhad taer !

Refrain

Ar Vretoned 'zo tud kalet ha kreñv ; N'eus pobl ken kalonek a zindan an neñv, Gwerz trist, son dudius a ziwan eno, O ! pegen kaer ec'h out, ma Bro !

Refrain

Mar d'eo bet trec'het Breizh er brezelioù bras, He yezh a zo bepred ken beo ha bizkoazh, He c'halon birvidik a lamm c'hoazh 'n he c'hreiz, Dihunet out bremañ, ma Breizh ! »

La Traduction

« Nous Bretons de cœur, nous aimons notre vrai pays ! L'Arvor est renommée à travers le monde. Sans peur au cœur de la guerre, nos ancêtres si bons versèrent leur sang pour elle.

Refrain

O Bretagne, mon pays, que j'aime mon pays tant que la mer sera comme un mur autour d'elle. Sois libre, mon pays ! Bretagne, terre des vieux Saints, terre des Bardes, il n'est d'autre pays au monde que j'aime autant ; Chaque montagne, chaque vallée est chère dans mon cœur. En eux dorment plus d'un Breton héroïque !

Refrain

Les Bretons sont des gens durs et forts; Aucun peuple sous les cieux n'est aussi ardent; Complainte triste ou chant plaisant s'éclosent en eux. Oh ! Combien tu es belle, ma patrie !

Refrain

Si autrefois Bretagne, tu as fléchi durant les guerres, ta langue est restée vivante à jamais, son cœur ardent tressaille encore pour elle. Tu es réveillée maintenant ma Bretagne ! »

 

© GUILLAUDEAU Donatienne

© GUILLAUDEAU Donatienne

9. Le costume breton, véritable carte d'identité.

A chaque pays son costume. A chaque costume son statut social. Il suffit donc de tourner autour d'une jeune fille pour tout savoir du patrimoine familial...

Au départ, la Bretagne est divisée en deux zones distinctes : la Basse-Bretagne, où l'on parle le breton, et la Haute-Bretagne, où l'on parle le gallo. Puis ces zones sont découpées en pays (bro), chacun se distinguant par son costume.

En Bretagne l'habit fait le moine

« Au XIXe siècle, le costume a pris une très grande importance. Il est l'objet de la reconnaissance sociale. A regarder quelqu'un, on sait tout de suite d'où il vient et, si l'on détaille son costume, on se fait tout de suite une idée de sa fortune ou de sa richesse, d'où l'expression « tourner autour d'une fille ».

Les musiciens stars de l'époque

Naturellement, la danse se faisait au son de la musique. Les instruments étaient ceux d'aujourd'hui : binious ou cornemuses, bombardes, clarinettes et violons. Les sonneurs étaient les vedettes des manifestations dans lesquelles ils se produisaient (mariages, pardons et grands travaux à la ferme). Leur notoriété se mesurait à l'épaisseur des galons de velours sur leur chapeau.

Costume traditionnel breton

Costume traditionnel breton

© GUILLAUDEAU Donatienne

© GUILLAUDEAU Donatienne

A noter aussi l'importance du chant, qui est typique du folklore breton.

Pour voir un très bel inventaire de costumes bretons

Musée départemental breton

Adresse : 1, rue du Roi Gradlon 29000 Quimper
Tél : 02 98 95 21 60
Site : 
musee-breton.finistere.fr

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article