Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Parution d'articles de presse web concernant édifices religieux, œuvres d'arts ou manifestations chrétiennes.

« Le baptême du Christ » par Rémy de LA GARANDERIE

Oeuvre de Rémy de La Garanderie (1999) - « Le baptême du Christ » Recréation du médaillon central d'un vitrail du XIIIème siècle (ca 1270-1280).

Oeuvre de Rémy de La Garanderie (1999) - « Le baptême du Christ » Recréation du médaillon central d'un vitrail du XIIIème siècle (ca 1270-1280).

« Le baptême du Christ »


Recréation du médaillon central d'un vitrail du XIIIème siècle (ca 1270-1280) appartenant à un ensemble de vitraux sur la vie du Christ et provenant de l’église des dominicains de Wimpfen Im Tal en Souabe, conservés dans le choeur de la chapelle gothique du « Hessisches Landesmuseum » de Darmstadt en Allemagne.

Descriptif

  • Réalisation : Peinture sur verre en grisailles brunes de traits, modelés et lavis sur verres soufflés Antique Saint-Just teintés et clairs, sertissage au plomb, soudure à l’étain et masticage selon la tradition.

Note : les filets perlés d'entourage, bordures et rinceaux de feuillages au centre de la verrière originale n'ont pas été repris dans l'œuvre présentée par commodité d'insertion dans une châssis circulaire, solide et aisément maniable.

  • Mise en couleurs : Complémentarité traditionnelle du rouge (feu, Saint Esprit, amour divin, divinité, fils rédempteur) et du vert (espérance, régénération, force vitale, vigueur, sagesse divine), éclat du jaune, clair.
  • Châssis : Fer soudé teinté noir mat avec pare-close circulaire démontable.
  • Diamètre médaillon : 65 cm.
  • Châssis fer et socle : H 77 cm / L 77 cm - diamètre médaillon fer : 69 cm.
L'artiste au travail.

L'artiste au travail.

Aperçu des verrières conservées à Darmstadt
Naissance du Christ -Baptême du Christ

 

Sources : CORPUS VTREARUM, Allemagne & LE VITRAIL, Catherine BRISAC, Ed.de La Martinière.

Naissance du Christ

Naissance du Christ

Baptême du Christ

Baptême du Christ

Interprétation du thème par l'artiste


Le verrier comme le peintre tentant de retranscrire une œuvre ancienne de l'art sacré se trouve interpellé, dans sa foi comme visuellement, par ce que représente la composition qu'il tente de reproduire ou de traduire.
Cet exercice impose une recherche iconographique et si on va plus loin dans la quête, un voyage dans les textes historiques ou comme ici, dans ce qui est le socle de toute création dans l'art sacré : les Saintes écritures.
Si les traductions des textes cités peuvent varier d'une tradition chrétienne à l'autre et la compréhension de leurs sens différer d'un croyant à l'autre, ce qui est recherché avant tout est d'approcher et de partager l'esprit de celui qui à commandé
l'œuvre originale dont on s'inspire comme de celui qui la réalisé il y a des siècles de cela. Ainsi, la page suivante rappelle quelques citations qui ont donnés un sens à ce travail de recréation de l'œuvre exposée en Allemagne et des éléments iconographiques sont illustrés en dernière page.


*
* *

Saint Jean-Baptiste, couvert d'une peau en poils de chameau (allusion à sa vie dans le désert) et d'un manteau drapé, oint d'huile sainte le Seigneur Jésus Christ nu après la bénédiction sacramentelle des eaux lors de son baptême dans le Jourdain jusque là limite de la Terre promise aux Hébreux.

Tous deux sont au même niveau : le précurseur et le Messie.

Au centre de la composition, le Christ est l'Axis Mundi. C1

Sur la rive opposée, un ange, messager céleste, se tient debout, les mains tendues et couvertes de tissus, en signe de vénération selon l'ancienne tradition orientale ou pour tendre au Christ sa tunique pour qu'il la revête. C2

Deux poissons nagent dans le Jourdain aux pieds du Christ. Poisson, stylisé par deux arcs en ciel renversés symbole de reconnaissance des premiers chrétiens, ICHTUS, Jésus Christ Fils de Dieu Sauveur, poisson et salut du monde.

La Parole est aliment, poissons deviennent les pécheurs et les baptisés. C3

La partie supérieure du vitrail n'ayant pas été identifiée, la colombe qui est aussi parfois représentée portant l'huile sacrée n'est pas figurée ici pour illustrer l'Esprit Saint.

Les arcs jaunes ou mordorés qui se déploient de part et d'autre du corps du Christ, tels les bords d'une coupe, symbolisent à la fois cette interpénétration de l'eau et de l'huile sainte venue de Dieu dans le baptême, la transfiguration de l'être et la métamorphose de toute chose qui baigne dans le Verbe, la renaissance du baptisé. Ils rayonnent à partir de la poitrine du Christ, là où se placent ses mains et où croise la ligne de cœur qui relie Jean-Baptiste - Jésus - l'ange messager. C4

Le Verbe mystique, Pneuma, se répand sur la terre en flots de compassion.

Là, se trouve le passage entre les deux rives de la vie.

R. de La Garanderie

Citations

C1

Evangile de Jean 1, 1-9 : « Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu. Il était au commencement avec Dieu. Tout fut par lui, et sans lui rien ne fut. Ce qui fut en lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes, et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l'ont pas saisie. Il y eut un homme envoyé de Dieu. Son nom était Jean. Il vint pour témoigner, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous crussent par lui. Celui-là n’était pas la Lumière, mais il avait à rendre témoignage à la Lumière. Le Verbe était la Lumière véritable, qui éclaire tout homme ; il venait dans le monde. » (Bible de Jérusalem)

Evangile de Jean 1, 29-32 : « Le lendemain, il voit Jésus venir vers lui et il dit " Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde. C’est de lui que j’ai dit : Derrière moi vient un homme qui est passé devant moi parce qu'avant moi il était. Et moi, je ne le connaissais pas ; mais c'est pour qu'il fût manifesté à Israël que je suis venu baptisant dans l'eau." Et Jean rendit témoignage en disant : "J’ai vu l’Esprit descendre, tel une colombe venant du ciel, et demeurer sur lui." » (Bible de Jérusalem)

Evangile de Marc 1, 8-9 : « Moi (Jean-Baptiste), je vous ai baptisés avec de l'eau, mais lui vous baptisera avec l'Esprit Saint." Et il advint qu'en ces jours-là Jésus vint de Nazareth de Galilée, et il fut baptisé dans le Jourdain par Jean. » (Bible de Jérusalem)

C2

Evangile de Luc 2, 8-9 : « Il y avait dans la même région des bergers qui vivaient aux champs et gardaient leurs troupeaux durant les veilles de la nuit. L'Ange du Seigneur se tint près d'eux et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa clarté ; et ils furent saisis d'une grande crainte. » (Bible de Jérusalem)

Livre de la Genèse, 28, 12 : « Il (Jacob) eut un songe : Voilà qu'une échelle était dressée sur la terre et que son sommet atteignait le ciel, et des anges de Dieu y montaient et descendaient ! » (Bible de Jérusalem)

C3

Evangile de Matthieu 4, 18-20 : « Comme il cheminait sur le bord de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et André son frère, qui jetaient l'épervier dans la mer ; car c'étaient des pêcheurs. Et il leur dit : "Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d'hommes." »(Bible de Jérusalem)

Evangile de Matthieu 14, 15-19 : « Le soir venu, les disciples s'approchèrent et lui dirent : "L'endroit est désert et l'heure est déjà passée ; renvoie donc les foules afin qu'elles aillent dans les villages s'acheter de la nourriture." Mais Jésus leur dit : "Il n'est pas besoin qu'elles y aillent ; donnez-leur vous-mêmes à manger." Mais, lui disent-ils, nous n'avons ici que cinq pains et deux poissons." Il dit : "Apportez-les moi ici." Et, ayant donné l'ordre de faire étendre les foules sur l'herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, leva les yeux au ciel, bénit, puis, rompant les pains, il les donna aux disciples, qui les donnèrent aux foules. » (Bible de Jérusalem)

Tertulien (155-220), De baptismo, c. 1 : « Nous, petits poissons, à l'image de notre Ichthys, Jésus-Christ, nous naissons dans l'eau. » ou " Pour nous, poissons que conduit Jésus-Christ notre chef, nous naissons dans l'eau, et nous n'avons d'autre moyen de salut que de rester dans cette eau salutaire. » (Trad. E de Genoude, 1852)

C4

Evangile de Matthieu 3, 16-17 : « Ayant été baptisé, Jésus aussitôt remonta de l'eau ; et voici que les cieux s'ouvrirent: il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici qu'une voix venue des cieux disait: "Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur. » (Bible de Jérusalem)

Evangile de Jean 7, 37-38 : «Le dernier jour de la fête, le grand jour, Jésus, debout, s'écria : "Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive, celui qui croit en moi ! " selon le mot de l'Ecriture : De son sein couleront des fleuves d'eau vive. » (Bible de Jérusalem)

Livre de la Genèse, 28, 18-19 : « Jacob se leva de grand matin, prit la pierre qu’il avait mise sous sa tête et la posa comme une colonne, puis sur son sommet il répandit de l’huile. Il donna à ce lieu le nom de maison du Seigneur (Béthel) car Ulam Luz était auparavant le nom qu'il portait. » (Bible hébraïque La Septante, theotex)

« Le baptême du Christ » par Rémy de LA GARANDERIE

Eléments d'iconographie

  • Dans les enluminures, manuscrits ou fresques anciennes, le Christ est nu à son Baptême, la Colombe céleste et la main droite de Jean-Baptiste sont reliés verticalement, les anges ont les mains couvertes de tissus en signe de vénération.

1 - Bréviaire de St Aethelwold, Westminster, 975.  2 - Baptistère des Ariens, Ravenne, VIe siècle.
3 - Ménologe de Basile II, Rome, fin Xe siècle.  4 - Miniature géorgienne, XIIe siècle.
5 - Evangéliaire de Hitda de Meschede, 1020. 6 - Codex aureus Gnesnensis, fin XIe siècle.
7 - Copie Hortus deliciarum, XIIe siècle. 9 - Sculpture sur bois, Italie, XIVe siècle.

  • Le peintre florentin Giotto (ca 1267 - 1337), dans une fresque de la chapelle Scrovegni à l'Arena de Padoue, représenta vers 1306 le Christ nu lors de son baptême dans les eaux du Jourdain en utilisant une technique de peinture qui figure bien l'impression du flot du fleuve qui s'enfle tel un dôme par la présence du Christ et le pouvoir du Verbe.

8 - Giotto, fresque Padoue, ca 1306.

  • Parmi les représentations anciennes du sacre des rois chrétiens, on voit la colombe portant le Saint Chrême et le roi Clovis nu à l'instant d'être oint après s'être baigné dans l'eau du baptistère.

10 - Baptême de Clovis à Reims, ca XIV

  • Outre le monogramme du Christ, la colombe, l'Alpha & Omega ou encore l'ancre, on sait que les premiers chrétiens identifiaient aussi leur présence avec le ligne du poisson pour signifier IXTHYC (ichtùs). Les mosaïques figuratives les plus anciennes représentant le poisson de l'art chrétien se trouvent à Tabgha en Palestine (Église de la Multiplication).

11 - Mosaïque byzantine, Tabgha, Israël, IVe siècle.

  •  La main droite levée du Christ, index et majeur croisés et comme le pouce levés, fait le geste de la bénédiction et de l'énonciation de la parole divine. On retrouvera le même geste de bénédiction de façon plus figurative à partir de la Renaissance par exemple dans le Retable de "L'Agneau Mystique" de Jan Van Eyck à Gand (1432) où Jean le Baptiste siège à la gauche du Christ sa main droite donnant l'onction sacrée, ou encore dans le "Salvator Mundi" de Léonard de Vinci (~1500) ou celui d'Albrecht Dürer (~1505). 

12 - Leonardo De Vinci, Salvator Mundi, 1500.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article