Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Parution d'articles de presse web concernant édifices religieux, œuvres d'arts ou manifestations chrétiennes.

Les objets liturgiques : la patène, ce vase sacré où l’on dépose l’hostie (Aleteia)

MARI TERE – Shutterstock

MARI TERE – Shutterstock

ART & VOYAGES

Les objets liturgiques : la patène, ce vase sacré où l’on dépose l’hostie

Sophie Roubertie - Publié le 21/06/21

Ce petit plat rond ou ovale fait partie des vases sacrés servant lors de la messe : il reçoit l'hostie consacrée et couvre le calice.

Vase sacré, la patène est consacrée avec du Saint Chrême avant d’être utilisée. Lors de la messe, le prêtre y dépose l’hostie principale, cette grande hostie qu’il va consacrer. Quand elle est suffisamment large et profonde, la patène peut aussi recevoir les hosties destinées aux autres célébrants et aux fidèles. Le diamètre de son fond doit être le même que celui du calice sur laquelle elle est posée, au moment de la consécration. Les deux forment un ensemble. 

Ces plats de métal précieux sont habituellement de forme ronde ou ovale mais on en trouve aussi de forme polygonale. Les patènes peuvent être décorées de scènes religieuses ou de symboles eucharistiques. Certaines, richement ornées, voire sculptées, utilisent les matières les plus précieuses. 

Provenant du trésor de Saint-Denis, cette patène a été utilisée pour la cérémonie du sacre des reines de France. - © Louvre Museum, CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

Provenant du trésor de Saint-Denis, cette patène a été utilisée pour la cérémonie du sacre des reines de France. - © Louvre Museum, CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

À titre d’exemple, cette patène, montée à l’époque carolingienne à partir d’un plat de serpentine, une pierre verte taillée vers le Ier siècle de notre ère. Pour l’usage liturgique, des poissons d’or ont été incrustés, rappelant le symbole paléochrétien. Une impressionnante monture d’orfèvrerie a été ajoutée autour, constituée d’or, de grenats, de saphirs et d’émeraudes.
Patène en cuivre de Jean de Marigny, trésor de l’église collégiale Notre-Dame, XIVe siècle. - Gianni Dagli Orti / Aurimages

Patène en cuivre de Jean de Marigny, trésor de l’église collégiale Notre-Dame, XIVe siècle. - Gianni Dagli Orti / Aurimages

Certaines sont beaucoup plus simples. C’est le cas de cette patène ovale en cuivre du XIVe siècle conservée au trésor de la collégiale Notre-Dame d’Écouis, dans l’Eure. 

Aujourd’hui, les patènes présentent des formes très épurées. - Catherine Leblanc / Godong

Aujourd’hui, les patènes présentent des formes très épurées. - Catherine Leblanc / Godong

La tendance actuelle est de réaliser des objets liturgiques aux formes très épurées. Quelque soit son aspect extérieur, le soin apporté à la réalisation de la patène est essentiel car c’est elle qui va accueillir le corps du Christ.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article