Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Parution d'articles de presse web concernant édifices religieux, œuvres d'arts ou manifestations chrétiennes.

QUE VEULENT DIRE CES VERSETS ? Jean 14:6 : « Je suis le chemin, la vérité et la vie »

QUE VEULENT DIRE CES VERSETS ? Jean 14:6 : « Je suis le chemin, la vérité et la vie »

Jean 14:6 : « Je suis le chemin, la vérité et la vie »

« Jésus lui répondit : “Je suis le chemin, la vérité et la vie. Personne ne peut aller vers le Père si ce n’est par moi” » (Jean 14:6Traduction du monde nouveau).

« Jésus lui répondit : “Je suis le chemin, la vérité, la vie. Personne ne peut aller au Père autrement que par moi” » (Jean 14:6, Bible en français courant).

Signification de Jean 14:6

Une personne qui veut adorer le Père, Jéhovah* Dieu, doit reconnaître le rôle essentiel de Jésus.

« Je suis le chemin. » Jésus est « le chemin » qui nous permet de nous approcher de Dieu de la bonne façon. Par exemple, quand on prie Dieu, on doit le faire au nom de Jésus (Jean 16:23, 24). Grâce à la mort de Jésus, les humains peuvent se réconcilier avec Dieu et avoir de nouveau son approbation (Romains 5:8-11). Jésus nous a aussi donné l’exemple, et nous devons imiter sa conduite si nous voulons plaire à Dieu (Jean 13:15).

« Je suis [...] la vérité. » Jésus parlait et vivait toujours en accord avec la vérité (1 Pierre 2:22). En l’écoutant, une personne pouvait apprendre la vérité sur Dieu (Jean 8:31, 32). Jésus était aussi « la vérité » parce qu’il a réalisé des prophéties de la Bible. Il a ainsi permis que les promesses de Dieu deviennent une réalité (Jean 1:17 ; 2 Corinthiens 1:19, 20 ; Colossiens 2:16, 17).

« Je suis [...] la vie. » Jésus a donné sa vie pour que tous ceux qui ont foi en lui aient la vie éternelle (Jean 3:16, 36). Il sera aussi « la vie » pour les personnes qui sont mortes parce qu’il les ressuscitera (Jean 5:28, 29 ; 11:25).

« Personne ne peut aller vers le Père si ce n’est par moi. » Si nous voulons devenir l’ami de Dieu, il nous faut accepter le rôle unique de Jésus. Nous montrons que nous l’acceptons en priant Dieu par Jésus, ce qui prouve que nous acceptons l’autorité de Jésus Christ (Jean 15:16). Nous reconnaissons aussi que c’est uniquement grâce à Jésus que nous pouvons être sauvés (Actes 4:12 ; Philippiens 2:8-11).

Contexte de Jean 14:6

Les chapitres 13 à 17 de l’évangile de Jean contiennent les paroles de Jésus à ces 11 disciples fidèles, le dernier soir avant sa mort. Dans le chapitre 14, Jésus a encouragé ses disciples à les aimer, lui et son Père, à avoir foi en eux, et à leur obéir (Jean 14:1, 12, 15-17, 21, 23, 24). Il a parlé des liens étroits qu’il avait, et qu’il a encore, avec son Père (Jean 14:10, 20, 28, 31). Il a assuré à ses disciples que, même s’il allait bientôt retourner au ciel, il ne les abandonnerait pas (Jean 14:18). Il leur a promis que ‘le Père leur enverrait en son nom l’esprit saint’ ou « l’assistant » (Jean 14:25-27). C’est de cette façon, entre autres, que Jésus a préparé ses disciples à affronter les épreuves à venir.

*Jéhovah est le nom de Dieu (Psaume 83:18).

 

Lire Jean chapitre 14,

Évangile selon Jean

14 « Que votre cœur ne soit pas anxieux.

     Exercez la foi en Dieu ; exercez aussi la foi en moi. 

 Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup d’endroits où habiter. Si ce n’était pas le cas, je vous    l’aurais dit. Je m’en vais pour vous préparer une place. 

De plus, après être allé vous préparer une place, je viendrai de nouveau et je vous accueillerai chez moi, pour que là où je suis, vous soyez vous aussi. 

4 Et là où je vais, vous en connaissez le chemin. »

Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pouvons-​nous en connaître le chemin ? »

Jésus lui répondit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie. Personne ne peut aller vers le Père si ce n’est par moi. 

Si vous m’aviez connu, vous auriez aussi connu mon Père ; à partir de maintenant vous le connaissez et vous l’avez vu. »

Philippe lui dit : « Seigneur, montre-​nous le Père, et cela nous suffit. »

Jésus lui dit : « Philippe, malgré tout le temps que j’ai passé avec vous, tu ne me connais toujours pas ? Celui qui m’a vu a vu le Père aussi. Comment se fait-​il que tu dises : “Montre-​nous le Père” ? 

10 Ne crois-​tu pas que je suis en union avec le Père et que le Père est en union avec moi ? Les choses que je vous dis ne viennent pas de moi-​même ; mais le Père, qui reste en union avec moi, fait ses œuvres. 

11 Croyez-​moi quand je dis que je suis en union avec le Père et que le Père est en union avec moi ; sinon, croyez en raison des œuvres elles-​mêmes. 

12 Oui, je vous le dis, c’est la vérité : celui qui exerce la foi en moi fera aussi les œuvres que je fais ; et il fera des œuvres plus grandes que celles-ci, parce que je m’en vais vers le Père. 

13 De plus, tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié par le moyen du Fils. 

14 Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.

15 « Si vous m’aimez, vous obéirez à mes commandements. 

16 Et moi, je demanderai au Père de vous donner un autre assistant pour qu’il soit avec vous pour toujours, 

17 l’esprit de la vérité, que le monde ne peut pas recevoir parce qu’il ne le voit pas et ne le connaît pas+. Vous, vous le connaissez parce qu’il reste avec vous et qu’il est en vous. 

18 Je ne vous abandonnerai pas. Je reviendrai vers vous. 

19 Dans peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez, parce que je vis et que vous vivrez. 

20 En ce jour-​là, vous saurez que je suis en union avec mon Père, et que vous êtes en union avec moi, et que moi je suis en union avec vous. 

21 Celui qui accepte mes commandements et y obéit, c’est lui qui m’aime. Et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, et moi je l’aimerai et je me montrerai clairement à lui. »

22 Judas, non pas Judas Iscariote, lui dit : « Seigneur, que s’est-​il passé pour que tu veuilles te montrer clairement à nous et non au monde ? »

23 Jésus lui répondit : « Si quelqu’un m’aime, il obéira à ma parole, et mon Père l’aimera, et nous viendrons vers lui et nous ferons chez lui notre habitation. 

24 Celui qui ne m’aime pas n’obéit pas à mes paroles. La parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé.

25 « Je vous dis ces choses tant que je suis encore avec vous. 

26 Mais l’assistant, l’esprit saint, que le Père enverra en mon nom, celui-là vous enseignera toutes choses et vous rappellera toutes les choses que je vous ai dites. 

27 Je vous laisse la paix ; je vous donne ma paix. Je ne vous la donne pas comme le monde la donne. Que votre cœur ne soit pas anxieux ni ne se serre de peur. 

28 Vous avez entendu que je vous ai dit : “Je m’en vais et je reviendrai vers vous.” Si vous m’aimiez, vous seriez heureux de savoir que je vais vers le Père, car le Père est plus grand que moi. 

29 Et maintenant, je vous l’ai dit avant que cela n’arrive, pour que vous croyiez lorsque cela arrivera. 

30 Je ne parlerai plus beaucoup avec vous, car le chef du monde vient ; toutefois il n’a aucune prise sur moi. 

31 Mais, afin que le monde sache que j’aime le Père, je fais exactement ce que le Père m’ordonne de faire.

Levez-​vous, partons d’ici.

St Jean, apôtre et évangéliste († v. 103)

St Jean, apôtre et évangéliste († v. 103)

Qui est Saint Jean ?

Jean est un Juif de Galilée né à Bethsaïde. Il est le fils de Salomé et de Zébédée, donc le frère de Jacques le Majeur. Il fait partie des premiers apôtres appelés par Jésus sur le lac de Tibériade et abandonne, lui aussi sa vie de pêcheurs pour suivre Jésus. Jean et Jacques sont surnommés « Boanerges » qui signifie « fils du tonnerre ». Jean est désigné comme « le disciple que Jésus aimait ». Avec ses frères Jacques et Pierre, ils forment le groupe privilégié des disciples de Jésus. Jean est aussi le seul des Douze apôtres à être mentionné au moment de la mort de Jésus.

Ce sont Jean, Pierre et Jacques qui accompagnent Jésus sur la montagne pendant l’épisode de la Transfiguration. Jean sera également présent lors de la guérison de la mère de Simon-Pierre, mais au moment de la résurrection de la fille de Jaïre.

Envoyé par le collège de Jérusalem, Jean part prêcher l’Évangile avec Pierre en Samarie (région montagneuse du Proche-Orient). Puis, il quitte la Palestine suite à la répression des romains, et rejoint Éphèse, ville dans laquelle l’apôtre gouverne les Églises d’Asie Mineure. Il réalise des miracles et baptise plusieurs personnes. La mère de Jésus aurait d’ailleurs habité avec lui dans cette ville. C’est aussi à Éphèse qu’il aurait, selon Irénée de Lyon, publié l’Évangile.

Sous l’empereur romain Domitien, les persécutions contre les chrétiens poussent Jean à s’exiler sur l’île de Patmos en 94, sur laquelle il aurait alors écrit l’Apocalypse (Livre de la Révélation) suite à une vision. En 96, après la mort de Domitien, l’empereur Nerva autorise Jean à revenir à Éphèse.

Il serait mort en l’an 101 et aurait été enterré à Selçuk, non loin d’Éphèse. Une basilique Saint-Jean fut construite à cet endroit même bien qu’elle soit aujourd’hui en ruine.

De nombreuses questions se posent quant à sa véritable identité, si celui-ci fait figure d’apôtre ou d’évangéliste. Selon la tradition chrétienne, il s’agit de la même personne.

Chez les catholiques la Saint Jean est célébrée le 27 décembre, les 26 septembre et 8 mai chez les orthodoxes.

On retrouve l’apôtre Jean dans de nombreuses représentations de la Cène. On peut l’apercevoir au côté de Jésus, en train de l’écouter attentivement ses paroles, parfois les yeux fermés. On peut également le voir dans plusieurs représentations de la Crucifixion, sur lesquelles il se trouve au pied de la Croix avec Marie.

St Jean, apôtre et évangéliste († v. 103)

Jean occupe une place de choix et dans l’Évangile et au sein du collège apostolique.

Représentant l’Amour, il marche à côté de Pierre, qui symbolise la Doctrine. Jésus semble avoir réservé à cet Apôtre les plus tendres effusions de son Cœur. Plus que tout autre, en effet, Jean pouvait rendre amour pour amour au divin Maître.

Le Sauveur prit plaisir à multiplier les occasions de témoigner envers son cher disciple une prédilection singulière : il le fit témoin de la résurrection de la fille de Jaïre ; il lui montra sa gloire sur le Thabor, au jour de sa transfiguration. Mais surtout, la veille de sa Passion, à la dernière cène, il lui permit de reposer doucement la tête sur son Cœur divin, où il puisa cette charité et cette science des choses de Dieu, qu’il répandit dans ses écrits et au sein des peuples auxquels il porta le flambeau de l’Évangile.

Une des gloires de St Jean fut d’être le seul, parmi les Apôtres, fidèle à Jésus dans ses souffrances ; il Le suivit dans l’agonie du calvaire ; il accompagna, dans ces douloureux instants, la Mère du Sauveur.

« Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : “Femme, voici ton fils.” Puis il dit au disciple : “Voici ta mère.” Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui. » (Jn 19,26-27)

L’Apôtre, en cette circonstance, nous disent les Sts Docteurs, représentait l’humanité tout entière ; en ce moment solennel Marie devenait la Mère de tous les hommes, et les hommes recevaient le droit de s’appeler les enfants de Marie.

Il était juste que St Jean, ayant participé aux souffrances de la Passion, goûtât, l’un des premiers, les joies pures de la résurrection. Le jour où le Sauveur apparut sur le rivage du lac de Génésareth, pendant que les disciples étaient à la pêche, St Jean fut le seul à Le reconnaître. C’est le Seigneur, dit-il à Pierre. Jean était donc bien, comme tout l’Évangile le prouve, le disciple que Jésus aimait.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article