Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête de Foi ou Enquête de foi ?

Parution d'articles de presse web concernant édifices religieux, œuvres d'arts ou manifestations chrétiennes.

Brassens, le mécréant « à travers Ciel » [Aleteia]

COLLECTION CHRISTOPHEL © PHOTOTH / Collection ChristopheL via AFP - Georges Brassens en 1966.

COLLECTION CHRISTOPHEL © PHOTOTH / Collection ChristopheL via AFP - Georges Brassens en 1966.

TRIBUNES

Brassens, le mécréant « à travers Ciel »

Théophane Leroux - Publié le 21/10/21

Georges Brassens aurait fêté son centième anniversaire ce vendredi 22 octobre 2021 si un cancer ne l’avait emporté « à travers ciel ». Auteur de « Brassens à rebrousse-poil » qui vient de paraître aux éditions Première partie, le journaliste Théophane Leroux lève le voile avec tendresse sur les interrogations spirituelles du poète mécréant qui « parlait de Dieu dans ses chansons »…

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le moustachu n’a laissé personne indifférent de son vivant. Quarante ans après sa mort, son souvenir est toujours vivace, même s’il a été presque momifié par ceux qui se sont faits les gardiens de sa mémoire et qui ont, volontairement ou non, gommé ses interrogations spirituelles. Lorsque l’on s’intéresse de près à son œuvre, peu d’ouvrages ou d’articles s’éloignent de l’image d’Épinal du vieux et gentillet tonton de gauche, anarchiste, anticlérical et paillard. Il n’est pas rare d’entendre vanter son génie littéraire, qui fait souvent oublier son génie musical. On met en avant sa grande liberté, sa simplicité ou son détachement matériel. Mais peu ont osé entrer un peu plus profondément dans les méandres de sa vie intérieure. De peur d’en découvrir des choses qui écorneraient la statue du libertaire athée ?

Le chaud et le froid

Il faut dire que Brassens n’a pas facilité la vie des spéléologues de la vie intérieure. Tout au long de ses carnets, de ses chansons et des entretiens qu’il a pu donner, il a soufflé sans cesse le chaud et le froid. « Tu sais, je ne suis pas un mécréant, comme certains disent » a-t-il confié à un proche, quelques temps avant sa mort. « Je crois en Dieu, mais comme je suis un menteur, je dis que non », écrivait-il dans ses carnets, ou encore « ça m’emmerde que le Bon Dieu n’existe pas ». Au hasard d’une conversation ayant roulé sur la Bible et la foi, il s’était écrié : « Si Dieu existait, comme je l’aimerais ! » Ces déclarations en côtoient d’autres, tout aussi nettes : « J’ai perdu la foi en cours de route. Je ne dis pas que j’ai raison de ne pas avoir la foi, mais je ne l’ai pas », confiait-il durant un entretien. Ou encore : « Pour moi qui suis, enfin qui crois être athée, qui crois ne pas croire, je connais la mort comme la cessation de la vie. […] C’est une opinion personnelle, qui n’est fondée sur rien. Une opinion de mécréant ! Pour parler de [Dieu], je ne peux pas plus affirmer qu’Il existe ou qu’Il n’existe pas. » 

On aurait peut-être tort de vouloir faire de Tonton Georges un monolithe : il est indéniable qu’il a évolué tout au long de sa vie, passant de positions tranchées à des idées plus ouvertes, le temps s’étant chargé de lui rappeler que le monde était plus complexe en réalité que dans les articles du Libertaire, comme en témoigne son adoucissement envers les gendarmes ou les curés. C’est un Brassens vieillissant qui confie ceci à un journaliste : « Plus j’avance en âge et plus je doute : je n’ai aucune certitude. Je ne peux pas. Je suis un pauvre type, quoi ! […] Au fond, j’aimerais mieux que Dieu existât… Mais ça me paraît quand même assez discutable au vu de tout ce qui se passe depuis que le monde existe. Il faut voir les choses telles qu’elles sont. »

Le Christ, son poète préféré

N’ayant pas la possibilité de sonder les cœurs ou les reins, ceux qui se penchent sur le bonhomme ne peuvent que se contenter des indices qu’a laissé le moustachu. Le premier d’entre eux est sa fascination envers le Christ et les Évangiles : « Je le lis, c’est mon livre », confiait-il durant un entretien. Et d’ajouter : « Mon poète préféré, c’est quand même le Christ, en admettant que le Christ ait existé vraiment et qu’il ait écrit, qu’il ait inspiré les Évangiles. C’est mon poème préféré, si vous voulez. Si on trouve dans mes chansons, dans mes lignes, quelque chose de mystique, cela provient de ce que je suis nourri de ce fameux poète. »

  • Si Brassens ne prétend pas être un modèle et encore moins un saint, il a gardé de son éducation et de sa formation une éthique, une morale, qui infuse tous les domaines de sa vie

Le second est cette sensation, peut-être mise sous le boisseau, mais bien réelle, d’« une présence », due à l’éducation donnée par sa mère, une bigote d’origine italienne, qui détestait les gros mots. Brassens, qui fut enfant de chœur et scout durant sa jeunesse, pouvait donner l’impression d’avoir tout fichu en l’air, il demeurait tout de même marqué par son éducation : « Même encore maintenant, quand je suis seul, il y a des gestes que je ne ferais pas parce que dans l’enfance, on m’avait donné ce sentiment que nous ne sommes jamais seuls. Cela exige une certaine dignité de gestes et de pensées, car cette présence, si elle était vraie, irait jusque-là. On serait nu extérieurement et intérieurement devant un tel regard. » Il avouait sans ambages l’influence de son éducation chrétienne sur son œuvre : « Je parle de Dieu dans mes chansons. Certains s’en sont étonnés, puisque je ne crois pas. Pourquoi ? Mais parce que je suis imprégné de l’idée de Dieu, de la morale chrétienne. Et puis, il y a dans la morale chrétienne, qui a été la mienne longtemps, beaucoup de choses que j’approuve. J’ai une morale qui emprunte un peu à la morale chrétienne, à la morale anarchique. »

Un désir de cohérence

Il en résulte pour l’homme à la pipe, une étonnante unité de vie. Si Brassens ne prétend pas être un modèle et encore moins un saint, il a gardé de son éducation et de sa formation une éthique, une morale, qui infuse tous les domaines de sa vie : une vraie fidélité en amour (magnifiée dans Saturne ou le Fidèle absolu), un goût pour l’enracinement (Auprès de mon arbre), et pour la cohérence (La Messe au pendu). Surtout, Brassens est d’une redoutable exigence envers ceux qui ont la foi et qui ne mettent pas leurs actes en cohérence avec celle-ci. « Vous avez entre les mains le bonheur des hommes : c’est “Aimez-vous les uns les autres”. Il n’y a rien de mieux, mais qu’est-ce que vous en avez fait ? » disait-il souvent lorsque l’on abordait le sujet de la foi.

Sa conception de la morale chrétienne était particulièrement fine. Ainsi, dans l’Assassinat, il chante une fille de mauvaise vie qui, après avoir participé à un meurtre atroce, se repent. « C’est une larme au fond des yeux / qui lui valut les cieux », raconte-t-il, actualisant en quelque sorte le destin de Dysmas, le bon larron, sauvé de la damnation éternelle par son repentir sincère au moment ultime. S’il ne s’agit pas de faire de Brassens un prophète ou un saint à inscrire au canon, son œuvre ne peut qu’inciter à nous remettre en question. 

« Si Dieu existe, il m’accueillera »

« Je n’ai jamais tué, jamais tué non plus, / Y’a déjà quelques temps que je ne vole plus ; / Si l’Éternel existe, en fin de compte, il voit / Qu’je m’conduis guère plus mal que si j’avais la foi », chante-t-il dans le Mécréant (!). Et d’ajouter, lors d’un entretien : « Je suis un chrétien dans ce qui est essentiel parce que j’aime vraiment les gens. Je me dis que, si Dieu existe, il n’accueillera pas trop mal Brassens. » Au fond, Brassens ne demandait qu’une chose : que son espérance ne soit pas désespérée. Malgré ses piques, ses excès et ses tourments, nous avons toutes les raisons de penser que le bon Dieu n’a pas trop mal accueilli Brassens.

Lire aussi (article suivant) :

Brassens, le poète de la fuite du temps

Guillaume de Prémare - Publié le 17/03/21

Georges Brassens, troubadour à la française, a mis son art musical au service de la langue, de ses contes et de ses poèmes. Il chantait Dieu, l’amour, la mort, la difficulté d’être, la fuite du temps…

Nous fêtons cette année le centenaire de la naissance et les quarante ans de la mort de Georges Brassens. Beaucoup d’événements sont prévus : des livres, des émissions, des hommages, et bien sûr les reprises de ses chansons par des artistes de grande qualité, par exemple Thomas Dutronc. Est attendue également la réédition par Universal de l’intégral en neuf volumes de Le Forestier chante Brassens, et Le Forestier, probablement le meilleur parmi les interprètes de Brassens, publie un livre chez Stock, intitulé Brassens et moi.

Difficile à bien jouer

Parfois, certains amateurs du chansonnier soulignent que ses structures mélodiques et harmoniques sont plus complexes et plus difficiles à interpréter qu’on ne le pense. C’est vrai pour certaines chansons, mais pour le plus grand nombre, la simplicité demeure la règle. Brassens n’est pas difficile à jouer, il est difficile de bien le jouer, c’est différent. La simplicité d’un univers musical constitue souvent la marque des plus grands, qui savent atteindre le merveilleux avec bien peu de choses. 

  • On retrouve dans sa poésie les grands thèmes qui, selon lui, étaient les vrais essentiels : Dieu, l’amour, la mort, la difficulté d’être, la fuite du temps…

Il soulignait lui-même qu’il prenait grand soin, lorsqu’il composait, de garder un dépouillement tel que sa musique ne prenne le pas sur ses textes. Il a mis son art musical au service de la langue, de ses contes et de ses poèmes. Amoureux de la poésie, il excellait dans son expression et dans la mise en valeur des plus grands textes : à côté de ses propres quatrains, il a mis en musique des perles de François Villon, Paul Fort ou encore Hugo. Que l’on se souvienne de sa Légende de la nonne, un chef d’œuvre à la hauteur de l’auteur. « On voit des biches qui remplacent leurs beaux cerfs par des sangliers », y écrivait Hugo ; eh bien Brassens, en chantant cela, n’a certainement pas donné la confiture aux cochons !

Ce temps qui fait son œuvre

On retrouve dans sa poésie les grands thèmes qui, selon lui, étaient les vrais essentiels : Dieu, l’amour, la mort, la difficulté d’être, la fuite du temps… Ce temps qui fait son œuvre, inexorablement, le fascinait particulièrement. Il reprend Marquise de Corneille : « Le temps aux plus belles choses se plaît à faire un affront, et saura faner vos roses comme il a ridé mon front. » Il consacre à Saturne des vers qui comptent parmi ses plus beaux : 

« Il est morne, il est taciturne, il préside aux choses du temps, il porte un joli nom Saturne, mais c’est un dieu fort inquiétant […] ; cette saison c’est toi ma belle, qui as fait les frais de son jeu, toi qui as payé la gabelle, un grain de sel dans tes cheveux ; […] je sais par cœur toutes tes grâces, et pour me les faire oublier, il faudra que Saturne en fasse, des tours d’horloge, de sablier. »

Si le Bon Dieu l’avait voulu

Il y a chez Brassens cette touchante fidélité à la veille femme qui a perdu la fraîcheur du printemps et qui, encore et toujours, demeure aimée malgré Saturne. L’amour qui dure recueillie son hommage et sa gratitude, avec les mots de Paul Fort : 

« Si le Bon Dieu l’avait voulu, j’aurais connu la Messaline, Agnès, Odette et Mélusine, et je ne t’aurais pas connue. […] Mais le Bon Dieu n’a pas voulu que je connaisse leurs amours, je t’ai connue, tu m’as connu — gloire à Dieu au plus haut des nues ! — Las ! Que fussé-je devenu sans toi la nuit, sans toi le jour ? Je t’ai connue, tu m’as connu — gloire à Dieu au plus haut des nues ! »

Troubadour à la française

Brassens est un conteur, un chansonnier, un héritier de cette belle tradition française des troubadours, qui se transmet de génération en génération depuis Guillaume de Poitiers au XIe siècle. Il a aujourd’hui de nombreux héritiers, des jeunes artistes qui, nombreux, reprennent et chantent ses chansons, mais qui, aussi, sont eux-mêmes des conteurs, des chansonniers à la française, tels que l’on n’en voit pas, ou peu, sous d’autres cieux.

Il chantait son testament avec cette complainte : « Je serai triste comme un saule, quand le Dieu qui partout me suit, me dira la main sur l’épaule, “Va-t’en voir là-haut si j’y suis”. » Bien sûr, puisque le temps poursuit sa fuite irrémédiable, c’est arrivé. C’était il y a quarante ans, il en avait 60.

Chronique publiée en partenariat avec Radio Espérance, le 17 mars 2021.

© Première partie

© Première partie

Théophane Leroux, Brassens à rebrousse-poil, Première partie, septembre 2021.

Paroles de la chanson La Prière par Georges Brassens

Par le petit garçon qui meurt près de sa mère
Tandis que des enfants s'amusent au parterre ;
Et par l'oiseau blessé qui ne sait pas comment
Son aile tout à coup s'ensanglante et descend
Par la faim et la soif et le délire ardent :
Je vous salue, Marie.

Par les gosses battus par l'ivrogne qui rentre,
Par l'âne qui reçoit des coups de pied au ventre
Et par l'humiliation de l'innocent châtié,
Par la vierge vendue qu'on a déshabillée,
Par le fils dont la mère a été insultée :
Je vous salue, Marie.

Par la vieille qui, trébuchant sous trop de poids,
S'écrie : "Mon Dieu !" Par le malheureux dont les bras
Ne purent s'appuyer sur une amour humaine
Comme la Croix du Fils sur Simon de Cyrène ;
Par le cheval tombé sous le chariot qu'il traîne :
Je vous salue, Marie.

Par les quatre horizons qui crucifient le Monde,
Par tous ceux dont la chair se déchire ou succombe,
Par ceux qui sont sans pieds, par ceux qui sont sans mains,
Par le malade que l'on opère et qui geint
Et par le juste mis au rang des assassins :
Je vous salue, Marie.
 
Par la mère apprenant que son fils est guéri,
Par l'oiseau rappelant l'oiseau tombé du nid,
Par l'herbe qui a soif et recueille l'ondée,
Par le baiser perdu par l'amour redonné,
Et par le mendiant retrouvant sa monnaie :
Je vous salue, Marie.

Par l'âne et par le bœuf, par l'ombre de la paille,
Par la pauvresse à qui l'on dit qu'elle s'en aille,
Par les nativités qui n'auront sur leurs tombes
Que les bouquets de givre aux ailes de colombe,
Par la vertu qui lutte et celle qui succombe :
Je vous salue, Marie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article