Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Parution d'articles de presse web concernant édifices religieux, œuvres d'arts ou manifestations chrétiennes.

Comprendre une église : le retable, pour magnifier l’autel [Aleteia]

© Mikhail Markovskiy - shutterstock - Retable de la basilique Sainte-Marie à Cracovie.

© Mikhail Markovskiy - shutterstock - Retable de la basilique Sainte-Marie à Cracovie.

ART & VOYAGES

Comprendre une église : le retable, pour magnifier l’autel

Sophie Roubertie - Publié le 25/10/21

Du latin retro tabula altaris, qui signifie en arrière d'autel, le retable est l’élément décoratif situé dans une église juste derrière l'autel. Une structure qui sert à magnifier la table sacrée où se déroule le sacrifice du Christ.

Aux premiers siècles du christianisme, la liturgie n’autorisait pas à mettre sur l’autel autre chose que l’évangéliaire et la pyxide — le boîtier contenant l’hostie consacrée — pour respecter le caractère sacré de la table eucharistique. Derrière l’autel était donc aménagé un rebord permettant de placer tous les objets liturgiques nécessaires à la célébration de la messe. Au fil du temps, le simple gradin se transforme en retable que l’on décore. Les saints sont alors les sujets principaux. 

Au XIe siècle, le retable s’agrandit et devient de plus en plus imposant au point de se transformer en un vaste panneau représentant les fêtes liturgiques. Suivant les régions et la richesse des églises, les retables, mobiles ou fixes, étaient construits en bois, en stuc, en pierre sculptée et parfois en marbre. Les sujets variés, sculptés ou peints, étaient toujours l’occasion d’un catéchisme imagé tout en étant le signe de la dévotion des commanditaires et des fidèles. Les vies de Jésus, de la Vierge Marie et des saints étaient ainsi le plus souvent mis à l’honneur.

© Pascal Deloche / GODONG - Retable de l’abbaye de Fontenay.

© Pascal Deloche / GODONG - Retable de l’abbaye de Fontenay.

À la fin du Moyen Âge, les retables se complexifient. Certains comportent plusieurs panneaux. On les appelle diptyque (pour deux), triptyque (pour trois), polyptyque… D’autres se composent de volets que l’on ferme ou que l’on ouvre en fonction des temps liturgiques, ce qui permet de laisser apparaître différentes scènes. Une prédelle — bande étroite peinte sous la scène principal et placée horizontalement sur toute la largeur — peut également se rajouter et permet à l’artiste d’aborder d’autres thèmes, en lien ou non avec le sujet principal du retable.

Pascal Deloche / Godong - Retable de l’église Saint-Jean-Baptiste de Megève : daté de 1731, il a été sculpté et peint par Jean Baptiste Bozzo, sculpteur de l’empereur d’Autriche Ferdinand VI.

Pascal Deloche / Godong - Retable de l’église Saint-Jean-Baptiste de Megève : daté de 1731, il a été sculpté et peint par Jean Baptiste Bozzo, sculpteur de l’empereur d’Autriche Ferdinand VI.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article