Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Le jour où saint François d’Assise a renoncé à son héritage pour la bure (Aleteia)

Julian Kumar / Godong

Julian Kumar / Godong

BELLES HISTOIRES

Le jour où saint François d’Assise a renoncé à son héritage pour la bure

Aliénor Goudet - Publié le 04/10/20 - Mis à jour le 01/10/21

Qui ne connaît pas le nom de saint François d’Assise, fêté ce 4 octobre ? Ce jeune fêtard au rêve de gloire et de chevalerie devenu serviteur des plus pauvres au XIIIe siècle. Si sa conversion lui a pris quelques temps, son renoncement total à la vie matérielle, lui, est clairement défini le jour de son procès pour avoir subtilisé les biens de son père.

Assise, 1206. Alors que François se rend sur la place du palais épiscopal en ce début d’après-midi de jour de marché, l’évêque d’Assise, Guido Ier, est perdu dans ses pensées. Ce n’est pas la première fois qu’on fait appel à lui pour régler des différends entre père et fils pour des histoires de dettes. Ce n’est pas la jeunesse gâtée et ingrate qui manque à Assise. 

Mais lorsque Pietro Bernardone est venu le trouver pour réclamer justice et exiger que son fils lui rembourse l’argent qu’il lui doit, Guido est surpris. Cela fait un moment que le nom François Bernardone fait scandale au sein de la ville. On dit qu’il se promène dans les rues déguisé en mendiant, donne tout son argent aux démunies et embrasse les lépreux. 

Et voilà que son père le traîne en justice pour vol ? Quelle étrange affaire. 

Une fois arrivé, l’évêque loue place sur le trône qu’on lui apporte. Puis on lui amène Pietro et François, et une foule se forme rapidement autour de lui. Les procès publics ne manquent jamais d’attirer les curieux et les commères. Une fois de plus, Guido s’étonne. François est vêtu d’une vieille tunique miteuse qui ne se présente pas son milieu mais son visage montre une sérénité que l’évêque a rarement vu durant sa vie. Encore moins chez quelqu’un d’aussi jeune. Sans mensonge, sans omission, François répond poliment aux questions qu’on lui pose. Il avoue avoir subtilisé et vendu des tissus ainsi qu’un cheval appartenant à son père. 

– Pourquoi commettre un tel acte contre le père qui t’a élevé ? demande Guido. 

– Mon père des cieux m’a confié une mission. Je dois réparer l’église de Saint-Damien.

La foule ricane, le traitant de fou. Mais la paix intérieure qui se définit sur le visage de François est criante de vérité. Et l’évêque en est persuadé : il ne ment pas. Guido lève la main pour réclamer le silence.

– Il n’y a pas d’obéissance sans justice, François. Tu dois régler ta dette à ton père.

– J’ai honte de mon impulsivité, répond l’accusé, en baissant les yeux. Vous avez raison, je ne peux servir le Seigneur avec des biens mal acquis. 

François s’approche alors de Pietro et lui remet en mains propres la bourse pleine de l’argent de son crime. Il retire ensuite sa tunique, puis ses chaussures et ses bas sous les cruelles railleries de la foule, et les dépose aux pieds de son père. 

– Reprends ce qui t’appartiens, Pietro Berdarnone car aujourd’hui, je ne suis plus ton fils mais celui de notre père des cieux. Désormais, je mendierai pour reconstruire Saint-Damien. 

La foule rit de plus bel mais François reste impassible. Quant à Pietro, toute trace de colère a disparu de son visage, elle cède place à la stupeur. Laissant tomber la bourse pleine à ses pieds, il saisit son fils par les épaules.

Avec les yeux d’un père sur le point de perdre son enfant, il le supplie de reprendre ses esprits, lui pardonne tout si seulement il accepte de rentrer… Mais François, le regard toujours aussi doux, le repousse. 

– Adieu papa. Ne te soucis plus de moi. C’est le Seigneur qui pourvoira pour moi à présent. 

Guido reste figé quelques instants de plus, stupéfait par les paroles et surtout la résolution du jeune homme. 

– François, demande alors l’évêque, le Seigneur t’a-t-il confié d’autres missions ? 

– Il m’a seulement dit « répare ma maison qui tombe en ruine ». 

La foule se fait une raison. C’est un fou. Un fou de Dieu. Ce genre d’être qui avance en pleine confiance dans la lumière de Dieu en endurant toute les épreuves des hommes, et qui finit toujours par toucher les cœurs. Il n’y a plus de doute à avoir. La « maison » qui a été confiée à François, ne se limite sans doute pas à la petite église de Saint-Damien. Mais cela, Guido le garde pour lui. 

L’évêque quitte son trône et retire son manteau pour couvrir François. Aussitôt, la foule se tait, sachant qu’il ne s’agit pas d’un acte anodin. En lui donnant son manteau, Guido a revêtu François de la protection de l’Eglise.

Les perles de sagesse de saint François d'Assise :

  • Ayez le cœur pur...

"Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu. Ont vraiment le coeur pur ceux qui méprisent les biens de la terre, cherchent ceux du ciel et ainsi purifiés de tout attachement de l'âme et du cœur, ne cessent jamais d'adorer et de voir rien d'autre que le Seigneur Dieu vivant et vrai." (Admonitions)

  • Soyez humble et confiant...

"Où règnent patience et humilité, il n’y a ni colère ni trouble." (Admonitions)

  • Gardez la paix en vous...

"Sont vraiment pacifiques ceux qui, malgré tout ce qu’ils ont à souffrir en ce monde, pour l’amour de notre Seigneur Jésus Christ, gardent la paix de l’âme et du corps. Ont vraiment le cœur pur ceux qui méprisent les biens de la terre, cherchent ceux du ciel et ainsi purifiés de tout attachement de l’âme et du cœur, ne cessent jamais d’adorer et de voir rien d’autre que le Seigneur Dieu vivant et vrai. " (Admonitions)

  • Partagez…

"Heureux celui qui aimerait autant un frère malade et incapable de lui rendre service, qu'un frère bien portant qui peut lui être utile." (Admonitions)

  • Soyez simple et pur...

"Nous ne devons être ni sages ni prudents selon la chair ; nous devons plutôt être simples, humbles et purs (…) jamais nous ne devons désirer d’être au dessus des autres ; mais nous devons plutôt être les serviteurs et les sujets de toute créature humaine à cause de Dieu."  (Lettre de François à tous les fidèles)

  • Aidez l'autre dans la joie...

"Heureux l'homme qui, dans les limites de sa propre faiblesse, soutient son prochain autant qu'il voudrait être soutenu par lui dans un cas analogue." (Admonitions)

  • N'ayez pas peur...

"Où règnent charité et sagesse, il n’y a ni crainte ni ignorance." (Admonitions)

  • Soyez patient...

"Où règnent patience et humilité, il n’y a ni colère ni trouble". (Admonitions)

  • Soyez altruiste…

"Heureux celui qui aime et ne désire pas, en retour, être aimé." (Admonitions)

  • Chérissez nos amis à quatre pattes…

"Loué sois-tu Seigneur, dans toutes tes créatures, spécialement messire frère Soleil, par qui tu nous donnes le jour, la lumière; il est beau, rayonnant d’une grande splendeur, et de toi, le Très-Haut, il nous offre le symbole." (Cantique des créatures)

  • Laissez la nature vous enseigner…

"Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur notre mère la terre, qui nous soutient et nous gouverne, et produit divers fruits avec les fleurs colorées et l’herbe." (Cantique des créatures)

  • Gardez le cap...

"Le bon Pasteur pour sauver ses brebis a souffert la Passion et la Croix. À sa suite, les brebis du Seigneur ont marché à travers les souffrances, les persécutions, les humiliations, la faim, les maladies, les tentations, et toutes sortes d’épreuves. En retour, elles ont reçu du Seigneur la vie éternelle". (Admonitions)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article