Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Parution d'articles de presse web concernant édifices religieux, œuvres d'arts ou manifestations chrétiennes.

Comprendre une église : le baptistère, lieu de la célébration du baptême (Aleteia)

© Dawid Galecki – shutterstock

© Dawid Galecki – shutterstock

ART & VOYAGES

Comprendre une église : le baptistère, lieu de la célébration du baptême

Sophie Roubertie - published on 08/11/21

Dans l'Église catholique, le baptême est le premier sacrement de l'initiation chrétienne. Ce sacrement, centré autour du rituel de l'eau, se déroule dans des baptistères ou autour des fonts baptismaux ou des cuves baptismales. Aleteia vous explique la différence.
 

Au tout début de l’ère chrétienne, les baptêmes étaient célébrés dans des rivières ou dans la mer. Après l’édit de Constantin, en 313, qui donne un statut officiel à l’Église, les bâtiments consacrés au culte devienne plus nombreux. Appelés baptistères, ces constructions extérieures sont d’abord réservées aux cathédrales car, jusqu’au VIe siècle, seuls les évêques ont le droit de baptiser. Le baptême (qui signifie « plonger ») est alors administré par immersion : les catéchumènes — ceux qui se préparent au baptême — sont plongés dans une piscine réservée à cet effet et creusée à même le sol. Les baptistères sont souvent en forme de cercle, de croix, ou d’octogone. 

Baptistère de Saint-Jean à Poitiers. © DyziO – shutterstock

Baptistère de Saint-Jean à Poitiers. © DyziO – shutterstock

Lorsque l’administration du baptême n’est plus réservé à l’évêque, vers le VIIIe siècle, une cuve baptismale, non enterrée, remplace alors la piscine. C’est aussi l’époque où se met en place le baptême des très jeunes enfants par infusion, c’est-à-dire en versant de l’eau sur la tête du baptisé. Il sera généralisé vers le XIIe siècle.  

Au fil du temps, les baptistères distincts de l’église sont de moins en moins fréquents et le terme désigne désormais le lieu réservé à la célébration des baptêmes à l’intérieur de l’église. On y trouve une cuve baptismale, le plus souvent du côté ouest de l’entrée de l’église mais une chapelle peut être réservée exclusivement à cet usage. 

Les termes « cuve baptismale » et « fonts baptismaux » sont utilisés de manière indifférenciée pour désigner le contenant de l’eau servant au baptême. Cette eau est bénite lors de la veillée pascale.

Cuve baptismale de l’église Saint-Pothin à Lyon. Pascal Deloche / GODONG

Cuve baptismale de l’église Saint-Pothin à Lyon. Pascal Deloche / GODONG

Les fonts baptismaux sont placés sur un support dont le matériaux est variable. Ils peuvent être taillé dans la pierre ou le marbre ou coulé dans bronze ou le plomb. Les formes aussi varient, reprenant un symbole spirituel : l’octogone pour rappeler la création ou le cercle qui suggère l’éternité. 

La cuve baptismale est souvent rapprochée de l’autel, dans un emplacement bien en vue des fidèles et adapté à la participation d’un grand nombre comme le précisent les préliminaires des rituels du baptême. Idéalement, la cuve baptismale doit être inamovible mais c’est loin d’être partout le cas. 

En images : les plus beaux baptistères de France

Démarrer le diaporama

Démarrer le diaporama

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article