Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Parution d'articles de presse web concernant édifices religieux, œuvres d'arts ou manifestations chrétiennes.

La Bible et ses symboles : les sources et les puits, synonymes des promesses divines (Aleteia)

Domaine public - "Jésus et la Samaritaine au puits de Jacob", Angelica Kauffmann.

Domaine public - "Jésus et la Samaritaine au puits de Jacob", Angelica Kauffmann.

ART & VOYAGES

La Bible et ses symboles : les sources et les puits, synonymes des promesses divines

Philippe-Emmanuel Krautter - Publié le 02/11/21

L’eau, élément des plus rares dans les pays de la Bible, s’avère être un élément vital au quotidien. Sources et puits constituent des lieux incontournables qui prendront rapidement de riches significations tout au long de l’Ancien Testament jusqu’aux Évangiles.

Pas moins d’une soixantaine de fois, l’Ancien Testament emploie le mot « source », signe de son importance. Des premières tribus nomades, où ces points d’eau étaient incontournables, jusqu’aux nombreux villages après l’installation en Terre sainte bâtissant de nombreux puits, les sources font non seulement partie du quotidien, mais en constituent un élément vital. Aussi n’est-il pas surprenant que les textes bibliques aient eu recours à ces puissants symboles dans les régions arides du Proche-Orient. À la différence des citernes qui n’offrent pas l’eau vive, la source symbolise la richesse des promesses divines ainsi que l’exprime si puissamment le prophète Jérémie :

« Oui, mon peuple a commis un double méfait : ils m’ont abandonné, moi, la source d’eau vive, et ils se sont creusé des citernes, des citernes fissurées qui ne retiennent pas l’eau ! » (Jr 2, 13)

Le symbole apparaît flagrant dans cette condamnation, à la place de la richesse de la Parole de Dieu, le peuple lui préfère les paroles creuses et trompeuses des hommes. Ce symbole se trouve repris de manière éclatante lors de la rencontre de Jésus et de la Samaritaine au puits de Jacob. Alors que Jésus, fatigué, s’était assis près de la source à l’heure la plus chaude de la journée, une femme de Samarie s’approche pour puiser de l’eau. Jésus lui demande alors à boire, ce qui surprend la femme. Les Juifs ne fréquentant habituellement pas les Samaritains. Jésus lui répond :

« Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : “Donne-moi à boire”, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. » (Jn 4, 10)

La Samaritaine ne comprend pas le symbole évoqué et pense qu’il s’agit d’une eau autre que celle qu’elle puise mais Jésus lui ouvre les yeux en lui promettant :

« Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ; mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. »

La portée symbolique de l’eau de la source vive apparaît manifeste, la Parole venant de Jésus est source de vie éternelle signifiant par-là, qu’au-delà des biens terrestres pourtant indispensables, il est un bien plus grand encore. Saint Colomban l’atteste, lui qui confia :

« Le Seigneur lui-même. Jésus Christ, notre Dieu, est donc la source de vie, et c’est pourquoi il nous invite pour que nous le buvions. Le boit, celui qui l’aime ; le boit, celui qui se rassasie de la Parole de Dieu, qui l’aime et la désire assez vivement ; le boit, celui qui brûle d’amour pour la sagesse. »

Lieux de vie et de rencontres

L’épisode de la Samaritaine démontre également que les puits et sources ont toujours été dans la Bible des lieux de rencontres et d’échanges essentiels. C’est d’ailleurs près d’un puits que l’Ange de Dieu annonce à Agar, la servante d’Abraham, qu’elle attendra un enfant.

« Tu es enceinte, tu vas enfanter un fils, et tu lui donneras le nom d’Ismaël (c’est-à-dire : Dieu entend), car le Seigneur t’a entendue dans ton humiliation. »

La rencontre fertile sous la forme de la fécondité s’accomplit ainsi près d’une source. De même, de nombreux serments (Abraham et Abimélek) sont prêtés sous le signe de cet élément essentiel, sans oublier les innombrables rencontres de futurs époux tels Isaac et Rébecca, Jacob et Rachel, Moïse et Séphora. Mais le plus beau symbole de la Bible tiré du Cantique des Cantiques servira à décrire la Vierge Marie « Ô source des jardins, puits d’eaux vives qui ruissellent du Liban ! ».

Lire aussi  (articles précédents): La Bible et ses symboles

L’eau du Déluge, préfiguration du baptême

https://philippeql.over-blog.com/2021/10/la-bible-et-ses-symboles-l-eau-du-deluge-prefiguration-du-bapteme-aleteia.html

L’eau primordiale et féconde

https://philippeql.over-blog.com/2021/10/la-bible-et-ses-symboles-l-eau-primordiale-et-feconde-aleteia.html

Le feu, la force incandescente

https://philippeql.over-blog.com/2021/09/la-bible-et-ses-symboles-le-feu-la-force-incandescente-aleteia.html

Le feu des prophètes

https://philippeql.over-blog.com/2021/10/la-bible-et-ses-symboles-le-feu-des-prophetes-aleteia.html

La colonne de feu
Le buisson ardent, manifestation éblouissante de Dieu
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article