Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Parution d'articles de presse web concernant édifices religieux, œuvres d'arts ou manifestations chrétiennes.

La Bible et ses symboles : le souffle divin, synonyme de vie et de mort (Aleteia)

© Julian Kumar / Godong - La Trinité, le Retable de Boulbon, vers 1450.

© Julian Kumar / Godong - La Trinité, le Retable de Boulbon, vers 1450.

ART & VOYAGES

La Bible et ses symboles : le souffle divin, synonyme de vie et de mort

Philippe-Emmanuel Krautter - publié le 04/01/22

Le souffle divin se manifeste à de nombreuses reprises dans la Bible. Expression la plus discrète de l’air, il n’en est pas moins un symbole de vie et de naissance non seulement de l’homme, mais aussi de l’âme. À l’heure du bruit omniprésent de nos vies modernes, apprenons à mieux percevoir ce souffle divin.

La Genèse dans l’Ancien Testament livre un témoignage sensible et poétique de la Création en relevant que la naissance de l’homme ne résulta pas du fracas et du tonnerre, mais bien d’un souffle léger, celui de l’haleine de Dieu dont fut habité le premier homme créé sur terre : 

« La terre était informe et vide, les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme et le souffle de Dieu planait au-dessus des eaux. » (Gn 1, 2) « Alors le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. » (Gn 2, 7)

Ce symbole riche et puissant, ce souffle divin que chaque mère perpétue lors de la maternité lorsque son enfant prend vie, habite et nourrit chacun d’entre nous. L’origine de l’homme se trouve à la conjonction de deux éléments fondamentaux, la terre et l’air, ce dernier prenant la forme du souffle de vie sans lequel nos existences ne seraient que factices. 

Symbole de vie et de sagesse

Si le souffle divin se trouve à l’origine de la vie, il symbolise également le souffle vital nécessaire tout au long de la vie des hommes. C’est ce souffle originel qui guide, en effet, l’homme à suivre les commandements divins, ainsi que le souligne le Livre de Judith :

« Que ta création, tout entière, te serve ! Tu dis, et elle existe. Tu envoies ton souffle : elle est créée. Nul ne résiste à ta voix ». (Jdt 16, 14)

Dieu grâce à son souffle de vie propose à l’homme de suivre son chemin et sa sagesse, ce que confiera également avec une touchante émotion Job dans les terribles épreuves qu’il eut à souffrir : 

« … tant que la respiration sera en moi, et le souffle de Dieu dans mes narines, mes lèvres ne vont pas dire de paroles injustes, ni ma langue murmurer la fausseté. Loin de moi la pensée de vous donner raison ! Tant que je vivrai, je ne renoncerai pas à mon intégrité ». (Jb 27, 3-5)  « En réalité, c’est l’esprit dans l’homme, le souffle du Puissant, qui le rend intelligent ». (Jb 32, 8)

Le souffle de la colère

Mais, si le souffle divin peut être, bien qu’imperceptible, doux et chemin de vie, il peut aussi devenir le symbole de la colère divine lorsque son peuple se pervertit et ne suit pas ses voies :

« Quand le Seigneur aura lavé la souillure des filles de Sion, purifié Jérusalem du sang répandu, en y faisant passer le souffle du jugement, un souffle d’incendie… ». (Is 4, 4)

Dieu peut alors souffler sa colère contre ses ennemis. Un souffle impitoyable, source de jugement divin et de feu destructeur souligné également par le prophète Isaïe :

« D’avance, la fournaise est préparée, y compris pour le roi ; elle est prête, profonde et large ; en son foyer, un grand feu, beaucoup de bois ; comme un torrent de soufre, le souffle du Seigneur l’embrasera ».  (Is 30, 33)

Ainsi, symbole ambivalent, le souffle divin donne vie mais peut aussi la retirer, ce qu’exprime avec scepticisme le Qohéleth :

« Tout va vers un même lieu : tout est tiré de la poussière, et tout retourne à la poussière. Qui sait où va le souffle des fils d’Adam ? Monte-t-il vers le haut, tandis que le souffle de la bête descendrait vers la terre ? » (Qo 3, 20-21)

 

Le souffle divin s’impose ainsi en un symbole riche et puissant de la Bible, synonyme de vie, comme de mort. Aussi, pouvons-nous retenir pour conclure la comparaison suggérée par la lettre de saint Jacques Apôtre : « Ainsi, comme le corps privé de souffle est mort, de même la foi sans les œuvres est morte »(Jc 2, 26).
 

Lire aussi :

La Bible et ses symboles : du Jardin d’Eden au Jardin des Oliviers

La Bible et ses symboles : la tempête, manifestation de la puissance divine

La Bible et ses symboles : le baptême, un véritable acte de conversion

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article