Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Parution d'articles de presse web concernant édifices religieux, œuvres d'arts ou manifestations chrétiennes.

À quoi servent toutes les petites chapelles d’une église ?

GUIZIOU Franck / hemis.fr / Hemis via AFP

GUIZIOU Franck / hemis.fr / Hemis via AFP

Aleteia

ART & VOYAGES

À quoi servent toutes les petites chapelles d’une église ?

Sophie Roubertie publié le 16/05/22

Églises, cathédrales et basiliques comportent parfois des chapelles distinctes du chœur. Elles intègrent un autel, appelé autel secondaire. On appelle ces chapelles, des chapelles secondaires.

Une chapelle est d’abord un petit édifice religieux, plus petit qu’une église paroissiale. Mais on trouve aussi des chapelles à l’intérieur même des églises. En effet, après les premiers temps de l’Eglise, la population chrétienne a augmenté de façon considérable. La multiplication des autels dans des chapelles secondaires a permis la multiplication des messes dans une même église. Plusieurs prêtres pouvaient ainsi célébrer la messe au même moment, ailleurs que sur l’autel principal, alors que la concélébration eucharistique était limitée à des circonstances particulières.

Chaque chapelle étant consacrée à un saint différent, les fidèles pouvaient aussi tourner leurs prières vers un saint plus particulièrement honoré dans une chapelle. L’existence de chapelles permet aussi d’adapter le lieu de célébration de l’eucharistie à l’assemblée. Dans de vastes églises, une chapelle plus petite sera souvent préférée pour les messes de semaine. Dans les constructions contemporaines, les chapelles secondaires sont moins fréquentes. Plusieurs types de chapelles peuvent être distinguées, en fonction de leur emplacement dans l’église :

  • LES CHAPELLES ABSIDIALES OU ABSIDIOLES

Le chœur peut être entouré d’un déambulatoire, qui, comme son nom l’indique, permet aux fidèles d’y circuler. Autour de ce déambulatoire, des chapelles rayonnantes peuvent être installées « en rayon », au fond du sanctuaire. Lorsqu’il n’y a pas de déambulatoire, elles sont directement accolées à l’abside. On les appelle aussi chapelles absidiales, car elles épousent la forme de l’abside, souvent arrondie. On les trouve aussi sous le nom d’absidioles. Elles sont le plus souvent multiples, leur nombre dépendant évidemment de la taille de l’abside.

À quoi servent toutes les petites chapelles d’une église ?

Sur le plan ci-dessus, trois absidioles, en gris, entourent le déambulatoire et épousent la forme de l’abside. À l’extérieur de l’église Saint-Nectaire, l’emplacement des chapelles absidiales est bien visible sur le chevet.

Wikimedia - Le chevet de l’église Saint-Nectaire (Put-de-Dôme) laisse apparaître plusieurs chapelles absidiales.

Wikimedia - Le chevet de l’église Saint-Nectaire (Put-de-Dôme) laisse apparaître plusieurs chapelles absidiales.

  • LES CHAPELLES AXIALES

Lorsqu’elle est unique, la chapelle placée derrière le chœur est appelée chapelle axiale. Elle se situe alors dans l’axe de la nef. Dans les églises non dédiées à Marie, la chapelle axiale, quand elle existe, lui est généralement consacrée.

  • LES CHAPELLES ORIENTÉES

Les chapelles orientées se situent dans chacun des bras du transept et sont orientées dans le même sens que le chœur. La basilique Saint-Sernin de Toulouse constitue un exemple marquant, puisque chaque bras du transept comporte deux chapelles orientées. Avec les cinq absidioles, ce sont en tout neuf chapelles secondaires dont l’emplacement est bien visible du chevet de l’édifice.

À quoi servent toutes les petites chapelles d’une église ?
  • LES CHAPELLES LATÉRALES

Les chapelles latérales sont ouvertes sur le bas-côté d’une église. Leur nombre est variable. Unique ou occupant la totalité de la longueur de l’église. À Notre-Dame de Paris, on en compte quatorze, sept de chaque côté de la nef. Outre leur aspect liturgique, les chapelles secondaires sont aussi le lieu de conservation de nombreuses œuvres d’art. Plus il y a de chapelles, plus il y a de murs, disponibles pour des retables, des tableaux ou des vitraux. Autant de signes de la richesse artistique de notre patrimoine. 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article