Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

« Marie qui défait les nœuds », une icône de guérison et de réconciliation

© Vatican Media - Lors de sa visite au Lac Sainte-Anne, au Canada, mardi 26 juillet 2022, le pape François a béni une sculpture grandeur nature représentant Marie qui défait les nœuds.

© Vatican Media - Lors de sa visite au Lac Sainte-Anne, au Canada, mardi 26 juillet 2022, le pape François a béni une sculpture grandeur nature représentant Marie qui défait les nœuds.

Aleteia

SPIRITUALITÉ

« Marie qui défait les nœuds », une icône de guérison et de réconciliation

Isabella H. de Carvalho publié le 28/07/22

Lors de sa visite au Lac Sainte-Anne mardi 26 juillet, le pape François a béni une sculpture grandeur nature représentant Marie qui défait les nœuds, une représentation de la Vierge à laquelle il est particulièrement dévoué et qu'il a contribué à populariser depuis le début de son pontificat.

Après avoir présidé la liturgie de la Parole au Lac Sainte-Anne le 26 juillet 2022, en la fête de la grand-mère de Jésus, le pape François a également célébré la fille des saints Anne et Joachim, la Vierge Marie, en bénissant une sculpture grandeur nature de « Marie qui défait les nœuds » et en offrant des versions miniatures aux pèlerins présents. Cette représentation de la Vierge occupe une place particulière dans le cœur du pape François, et a ainsi gagné en notoriété depuis qu’il est devenu le chef de l’Église catholique en 2013. 

La dévotion à « Marie qui défait les nœuds » provient d’une peinture baroque du début des années 1700, située dans l’église de Saint-Pierre am Perlach à Augsbourg (Allemagne), et réalisée par l’artiste Johann Melchior Georg Schmittdner. Le tableau montre la Vierge entourée d’anges, défaisant symboliquement les nœuds de nos vies, tout en se tenant sur le serpent qui a conduit au péché originel. 

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire allemand Die Zeit, publiée en avril 2017, le pape François a expliqué avoir rencontré cette image pour la première fois dans les années 1990, alors qu’il était encore à Buenos Aires. Un Noël, une religieuse qu’il avait rencontrée en Allemagne durant ses études lui a envoyé une carte de vœux sur laquelle figurait cette représentation de la Vierge. Il a été tellement frappé par l’histoire entourant cette œuvre qu’il a commencé à envoyer des cartes postales de l’image aux prêtres de Buenos Aires.

L’histoire derrière la peinture originelle 

La peinture originelle de « Marie qui défait les nœuds » a été commandée par le prêtre et docteur en droit canonique Hieronymus Ambrosius Langenmantel (1666-1709) qui faisait don d’un autel familial à l’église de Saint-Pierre am Perlach. Le peintre Johann s’est inspiré de l’histoire du grand-père de Hieronymus, Wolfgang Langenmantel (1568-1637), qui s’était adressé à un prêtre jésuite pour obtenir de l’aide lorsque lui et sa femme étaient sur le point de divorcer. Les deux hommes ont prié ensemble en demandant l’aide de la Vierge Marie tout en tenant le ruban blanc qui avait été utilisé lors de la cérémonie de mariage du couple. 

Dans l’interview accordée à Die Zeit, le pape François avait expliqué que l’homme avait en fait lu ce que saint Irénée avait écrit : « Ainsi, le nœud de la désobéissance d’Ève a été dénoué par l’obéissance de Marie, car ce que la vierge Ève avait lié par son incrédulité, la Vierge Marie l’a délié par sa foi. » (Contre les hérésies, III, 22, 4). Finalement, Wolfgang et sa femme n’ont pas divorcé et ont poursuivi leur mariage avec bonheur. 

Cette représentation de Marie est devenue assez populaire et bien connue à la fin du XXe siècle, notamment en Argentine et au Brésil, où se trouvent des églises et sanctuaires qui lui sont dédiés. Le pape François a continué à poursuivre sa dévotion envers cette Vierge en tant que pontife, lui confiant par exemple les « nœuds » provoqués par la pandémie lors de son marathon de prière en mai 2021

La sculpture au Lac Sainte-Anne : de l’Allemagne au Canada

La sculpture grandeur nature du Lac Sainte-Anne s’est inspirée de la peinture originale, en reproduisant ses principaux éléments tout en ajoutant d’autres détails, comme le fait que Marie se trouve au sommet de la Terre, afin de « dénouer » ses problèmes. Elle permet également aux fidèles d’ajouter leurs propres ficelles avec des nœuds, ou en les dénouant s’ils estiment qu’un problème a été résolu. L’œuvre mesure un peu moins de 2,5 mètres de haut et elle est réalisée en bronze. 

 « La sculpture montre la Vierge qui s’efforce de dénouer les nœuds du monde. Tout comme le pape François, qui parcourt le monde pour dénouer les nœuds de l’histoire », a déclaré l’auteur de l’œuvre, le sculpteur canadien Timothy Schmalz, dans un communiqué de presse diffusé le 27 juillet. Il a ainsi relié le message spirituel de cette représentation de Marie avec le sens du voyage du pape au Canada, venu dans le cadre d’un parcours de réconciliation avec les populations autochtones du pays après les abus subis dans des pensionnats gérés par l’Église catholique aux XIXe et XXe siècles. 

Timothy Schmalz est un artiste canadien qui a réalisé plusieurs sculptures religieuses situées dans le monde entier, dont « Angels Unawares » (“anges inconscients”), une statue représentant des migrants, située sur la place Saint-Pierre et bénie par le pape François en 2019.

« Marie qui défait les nœuds », une icône de guérison et de réconciliation
« Marie qui défait les nœuds », une icône de guérison et de réconciliation
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article