Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Comment notre foi peut-elle déplacer des montagnes ?

Chris_Wang / Shutterstock

Chris_Wang / Shutterstock

Aleteia

SPIRITUALITÉ

Comment notre foi peut-elle déplacer des montagnes ?

Jean-Michel Castaing - publié le 27/11/22

Uni à Jésus, le chrétien devient capable de réaliser des choses qui seraient hors de sa portée s'il était laissé à lui-même, des œuvres dont il ne soupçonne pas toujours ni l'étendue ni l'importance.

Dans une formule bien frappée, Jésus affirme que la foi peut déplacer des montagnes (Mt 17, 20). Certes, l’exagération est courante dans le langage oriental. Mais au-delà de la figure de style hyperbolique, l’affirmation doit être vraie, sinon Jésus nous aurait menti, ce que notre foi ne peut admettre. Alors, qu’a-t-il voulu dire en prononçant cette sentence ? En fait, pour répondre à cette question, le mieux est encore d’en appeler au bon sens. Par lui-même, l’homme est incapable de faire changer de place une montagne. Seul Dieu en aurait le pouvoir, même si ce genre de démonstration de puissance n’entre pas dans sa manière courante d’agir. Conclusion : si notre foi en est capable, c’est qu’elle se sera appuyée sur Dieu pour cela. À proprement parler, c’est Dieu qui déplace les montagnes. Cependant, Il ne le fait jamais qu’à notre demande, ce qui suppose de notre part de croire en Lui et en son action. C’est donc bien notre foi qui commande en amont le processus.  

Nous ne soupçonnons pas l’étendue du pouvoir de notre foi

Cependant, dans l’histoire de l’Église, aucun saint n’a jamais déplacé une montagne pour de vrai avec sa foi. La raison en est que la maxime du Christ portait sur un ordre de réalité infiniment plus important que la topographie et le relief de notre planète. Cet ordre de réalité, c’est tout simplement le salut du monde. Une seule âme sauvée vaut infiniment plus que l’arasement ou le déplacement d’une élévation de terrain. Avec cette sentence énigmatique, Jésus affirmait que notre foi avait le pouvoir de faire progresser le Royaume de Dieu. Et cette action est infiniment plus importante que tout ce que les politiques ou les économistes nous promettent de réaliser pour nos sociétés — ce qui n’enlève rien à la valeur de leurs engagements et de leurs réalisations. Néanmoins, le Royaume est d’un autre ordre.

Mais à tant vanter la grandeur du Royaume, le chrétien « moyen » pourrait penser que ces affaires le dépassent et ne sont pas de son ressort. Qu’il se détrompe ! Certes, ainsi que nous le disions plus haut, ce n’est pas lui qui déplacera la montagne mais Dieu. Toutefois, le Tout-Puissant ne le fera qu’à la demande du croyant lambda qui ne soupçonne pas toujours l’étendue du pouvoir de sa foi. C’est bien sa foi qui déplace indirectement, par la médiation de la puissance divine, la montagne, c’est-à-dire qui participe à l’avancée du Royaume.

Déplacer la montagne du Golgotha au Paradis 

Mais suffit-il de prier pour étendre le règne de Dieu ? En fait, si la prière est fondamentale, il est nécessaire que le chrétien la complète par une existence informée par l’Esprit de Jésus en mettant de l’amour dans l’exécution des choses du quotidien. À cette fin, il demandera à Jésus de transformer son amour en l’Amour du Fils de Dieu de telle sorte qu’il accomplisse ses œuvres en Jésus, par Lui et avec Lui. Étendre le Royaume consiste à dire un « oui » de chaque jour aux événements que la Providence divine met sur notre route pour la sanctification du monde. Et le croyant surmontera avec d’autant plus d’entrain les épreuves quotidiennes qu’il les supportera en compagnie de Jésus, avec l’aide de l’Amour infini de son ami humano-divin. Ainsi seront déplacées les montagnes de l’inertie qui plombent nos existences mais qui peuvent se transmuer en instruments de sanctification du monde si nous les vivons dans la joie. 

  • Nous aussi, par notre foi, nous avons le pouvoir de peupler le Royaume de nouveaux citoyens en faisant progresser la Rédemption dans le monde.

Uni à Jésus par la foi et la charité, le chrétien devient de la sorte capable de choses grandioses. Car ce n’est pas rien que de sauver le monde avec Jésus, de faire progresser l’amour au milieu d’une marée de haine, de jalousie, d’indifférence, d’égoïsme, de découragement, de fatalisme, d’incrédulité, de rancœurs, de ressentiment ! Or, c’est ce que le chrétien accomplit lorsqu’il mène son existence en Christ ! Même ses infirmités spirituelles ou morales peuvent lui être un levier pour sauver le monde s’il les offre humblement à Jésus pour qu’il les transforme en instruments de réparation du péché du monde. C’est ce que réalisa le bon larron qui, en reconnaissant son péché et la divinité de celui qui était crucifié avec lui, fit à tel point progresser le Royaume qu’il en devint le jour même le premier citoyen ! « Aujourd’hui, tu seras avec moi au Paradis » lui dit Jésus sur la Croix (Lc 23,43). La foi du bon larron déplaça la montagne du Golgotha au Paradis ! Nous aussi, par notre foi, nous avons le pouvoir de peupler le Royaume de nouveaux citoyens en faisant progresser la Rédemption dans le monde. En effet, en accomplissant nos humbles gestes de la vie courante avec l’amour même du Christ, nous propageons autour de nous le Royaume comme une trainée de poudre. La sainteté étant contagieuse, celui qui se sanctifie l’étend tout autour de lui.

L’essentiel est invisible aux yeux

On objectera que cette tâche est ingrate parce qu’une montagne qui change de place, cela se voit, alors que la progression du Royaume dans les âmes reste une réalité invisible. Nous sommes dans l’impossibilité de vérifier les résultats de nos actions. Cependant, cette foi qui nous a permis de nous lancer dans l’aventure de faire progresser le Royaume avec Jésus, c’est elle qui constitue également la force qui sera la garante de la fécondité de nos actions. En effet, de même que notre foi nous certifie que nous sommes en mesure de déplacer les montagnes avec Jésus, de même cette même foi nous persuade que tout geste accompli avec amour porte du fruit, que celui-ci soit visible, immédiat, ou bien invisible et agissant à long terme. D’ailleurs, si Jésus a comparé la croissance du Royaume à celle des plantes, c’est que cette croissance est peu visible, de même que les plantes croissent sans faire de bruit, progressivement et imperceptiblement. 

Les chrétiens sous-estiment la plupart du temps la portée surnaturelle de leurs actions. Sans doute Dieu l’a-t-Il voulu ainsi afin qu’ils ne s’enorgueillissent pas. Pourtant, greffé sur le Cœur de Jésus, le croyant accomplit, dans l’ordre de la charité, des actions plus décisives et plus importantes que les batailles de l’histoire militaire ! Car il est plus important de convertir une âme égoïste à l’amour et au désintéressement que de satisfaire l’orgueil d’un tyran ou d’araser une montagne pour rendre le relief favorable à la construction d’une autoroute !

Comment notre foi peut-elle déplacer des montagnes ?
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article