Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Parution d'articles de presse web concernant édifices religieux, œuvres d'arts ou manifestations chrétiennes.

Les tissus liturgiques : ces linges qui touchent le corps et le sang du Christ (Aleteia)

© Corinne SIMON/CIRIC - PAVILLON DE CIBOIRE

© Corinne SIMON/CIRIC - PAVILLON DE CIBOIRE

ART & VOYAGES

Les tissus liturgiques : ces linges qui touchent le corps et le sang du Christ

Sophie Roubertie - Publié le 24/07/21

Corporal, manuterge, purificatoire... Utilisés lors de la messe, les tissus liturgiques sont importants dans la liturgie car ils touchent les hosties et le vin consacrés.
 

L’usage des linges sacrés lors de la célébration liturgique est le fruit d’une longue histoire qui court sur plusieurs siècles. Si les coutumes ont pu varier au fil du temps, leur utilisation lors de la célébration eucharistique témoigne du grand respect que l’Église a toujours porté au corps et au sang du Christ.

Corporal, manuterge, pale, purificatoire… les linges sont variés et ont tous une utilité spécifique. Parmi ces tissus, on compte également les nappes qui servent à recouvrir l’autel principal lors de la messe. Recouvrir l’autel est obligatoire car ce geste manifeste l’importance apportée au renouvellement du sacrifice du Christ. Les nappes sont généralement de couleur blanche et rappellent le linceul dans lequel le Christ a été placé lors de sa mise au tombeau.

Selon la tradition, il est d’usage d’en mettre trois pour rappeler les trois jours au tombeau. Mais ceci n’est pas une obligation et les normes liturgiques demandent d’en utiliser au moins une. Pendant longtemps, ces nappes sont passées entre les mains de talentueuses brodeuses et dentellières qui ont mis tout leur cœur et leur talent au service de la gloire de Dieu.

Nappe d’autel brodé - © Fred de Noyelle / Godong

Nappe d’autel brodé - © Fred de Noyelle / Godong

Réalisés en fibres naturelles, ces linges sacrés sont généralement en lin, en chanvre ou en coton. Pour faciliter leur entretien, des matières mélangées sont parfois utilisées. Enfin, tous sont brodés d’une croix pour signifier que leur utilisation est exclusivement réservée à la messe. 

Comment sont entretenus les linges liturgiques ?

Si les objets liturgiques en métal sont purifiés après la communion, qu’en est-il des linges liturgiques ? Car les prêtres ont à cœur d’utiliser des linges parfaitement propres et repassés pour célébrer la messe. La question du nettoyage des linges se pose avant tout lorsque ces derniers sont en contact direct avec l’hostie et le vin consacrés.

Pour éviter de mélanger d’éventuelles miettes d’hostie ou du vin consacré avec des déchets ménagers, on procède à une première eau. Les linges sont mis à tremper dans une cuvette d’eau. L’eau est ensuite versée sur la terre. Après essorage, les linges peuvent être lavés normalement. Ils sont ensuite repassés et amidonné, soit à l’aide d’amidon en aérosol, soit en les immergeant dans de l’eau mélangée avec de l’amidon. Le pliage fait l’objet d’un schéma précis afin d’en faciliter l’usage par le prêtre et de montrer le respect dû à l’Eucharistie. 

 

Découvrez en images la fonction de chaque tissu liturgique :
© wideonet / Shutterstock

© wideonet / Shutterstock

LE CORPORAL

Le calice et la patène reposent sur le corporal. Il s'agit d'un grand carré de tissu blanc disposé directement sur la nappe d’autel. Il est déployé au moment de l'offertoire et replié après la communion. Il protège, une fois fermé, les miettes d’hosties consacrées qu'il pourrait contenir.

© CC

© CC

BOURSE DE CORPORAL

Il s'agit d'une poche carrée, constituée de deux carrés cartonnés recouverts de toile, servant à conserver le corporal. Son utilisation (qui n'est pas obligatoire) permet d'éviter de faire tomber les parcelles de l’hostie consacrée qui pourraient se trouver sur le corporal. La toile reprend la couleur du temps liturgique et peut être réalisée avec la même étoffe que la chasuble du célébrant.

© P.RAZZO I CIRIC

© P.RAZZO I CIRIC

LE MANUTERGE

Le manuterge est un rectangle de tissu blanc utilisé par le célébrant pour s’essuyer les mains lors du rite du "lavabo". Il est posé près de la burette d'eau. Il n'a pas de fonction sacrée, puisqu'il n'y a aucun risque qu'il soit en contact avec le pain et le vin consacrés. Un simple essuie-mains, respectant la dignité de la liturgie, peut ainsi être utilisé.

© Corinne SIMON/CIRIC

© Corinne SIMON/CIRIC

LE PAVILLON DU CIBOIRE

Le pavillon de ciboire est un tissu qui recouvre le ciboire lorsque celui-ci contient les hosties consacrées.

© Louis Marie MELCHIS I CIRIC

© Louis Marie MELCHIS I CIRIC

LA PALE

La pale est un carré de toile cartonnée qui couvre le calice durant la Messe pour protéger le vin consacré. Elle évite que des impuretés, insectes ou poussières, ne viennent à tomber dans le sang du Christ.

© Corinne SIMON/CIRIC©

© Corinne SIMON/CIRIC©

LE PURIFICATOIRE

Le purificatoire est un tissu qui protège le calice préparé pour la messe et permet la purification des vases sacrés. Il sert à faire glisser dans le calice d'éventuelles miettes d'hostie après la communion. Le célébrant verse d'un peu d'eau dans le calice, eau qu'il consomme. Il essuie ensuite l'intérieur du calice à l'aide du purificatoire.

© Philippe Lissac / Godong

© Philippe Lissac / Godong

LE VOILE DE CALICE

Le voile de calice est destiné à recouvrir le calice, la patène et la pale. Il est souvent dans le même tissu que la chasuble portée par le célébrant, aux couleurs du temps liturgique.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article