Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
En Quête ou Enquête de Foi ?

Parution d'articles de presse web concernant édifices religieux, œuvres d'arts ou manifestations chrétiennes.

Les symboles utilisés par les premiers chrétiens [EN IMAGES]

© Gianni Dagli Orti / Aurimages - Le bon pasteur dans les catacombes de Sousse en Turquie, IIIe siècle ap. J.-C.

© Gianni Dagli Orti / Aurimages - Le bon pasteur dans les catacombes de Sousse en Turquie, IIIe siècle ap. J.-C.

Aleteia

ART & VOYAGES

Les symboles utilisés par les premiers chrétiens [EN IMAGES]

Caroline Becker - publié le 12/02/22

Avant l’Édit de de Milan en 313 ap. J.C. qui autorise les chrétiens à pratiquer librement leur culte dans l'empire, ces derniers devaient savoir rester discrets. Les symboles deviennent alors un merveilleux moyen de communication.

Durant les premiers siècles du christianisme, les communautés chrétiennes vivent dans une société majoritairement polythéiste et sont mal vues de la société qui les traitent avec mépris. Dans un contexte qui leur est hostile, les chrétiens se doivent donc de rester discrets pour éviter les persécutions. S’ils n’ont pas le droit de se rassembler pour célébrer en communauté, ils peuvent tout de même enterrer leurs morts dignement. Et c’est là, au cœur des catacombes, que le christianisme se manifeste visuellement.

L’art chrétien, un art né dans un contexte funéraire

Sur les murs et les tombes, les chrétiens inscrivent des symboles dérivés de la Bible mais qui étaient aussi utilisés couramment par la société gréco-romaine. Une manière ingénieuse de rester discret tout en manifestant son appartenance au Christ. De très beaux exemples sont encore visibles dans les catacombes de Rome.

Les symboles animaliers sont particulièrement prisés. Quand le paon rappelle la déesse grecque Héra (Junon en latin), chez les chrétiens, il devient symbole d’éternité. Quand le phénix représente l’immortalité par son pouvoir de renaissance, il devient facilement un symbole de résurrection chez les chrétiens. Parmi les animaux les plus célèbres, on retrouve le poisson dont le mot grec « ICHTUS » est l’acrostiche de l’expression : « Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur ». Très utilisé par les premiers chrétiens, il a pendant longtemps précédé le symbole de la croix trop ostentatoire. Quelques figures humaines dérivées des religions polythéistes se christianisent également, comme la figure en prière de l’orant ou l’image du bon pasteur avec son agneau sur les épaules.

Après l’Édit de Milan par l’empereur Constantin en 313 ap. J.-C., qui autorise les chrétiens à célébrer librement leur culte, ces symboles chrétiens sortent du monde funéraire pour venir se manifester dans les mosaïques des maisons chrétiennes.

Pour découvrir une sélection de ces symboles primitifs, cliquez sur le diaporama :

  + © Fred De Noyelle / GODONG

+ © Fred De Noyelle / GODONG

LA VIGNE

Dans la Bible, la vigne de manque pas. Très fort symbole messianique, celle-ci apparaît dès le livre de la Genèse lorsque Noé plante le premier sarment, évocation du début d'une ère nouvelle. Symbolisant le Messie, vigne féconde et salvatrice, la vigne représente aussi le peuple élu, cultivé par le vigneron, le Christ. "Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage", dit le Christ (Jn 15, 1-2). 

 + © Flickr - Antiquité tardive

+ © Flickr - Antiquité tardive

LE CHRISME

Formé des initiales grecques de "Jésus-Christ" I (iota) et X (chi) ou parfois des initiales du mot Christ X (chi) P (rho), le chrisme apparaît sous le règne de l'empereur Constantin. La Tradition raconte que l'empereur l'aurait arboré sur son étendard lors de bataille victorieuse de Milvius en 312. Véritable emblème des empereurs chrétiens, ce symbole a toutefois une origine plus ancienne car il était déjà utilisé chez les grecs et signifiait simplement "utile, de bon augure".

 + © Pascal Deloche / GODONG

+ © Pascal Deloche / GODONG

L'ALPHA ET L'OMEGA

Première et dernière lettre de l'alphabet grec, l'alpha et l'omega rappelle que Dieu est le début ou la fin de toute chose. "Moi, je suis l’Alpha et l’Oméga, dit le Seigneur Dieu, Celui qui est, qui était et qui vient, le Souverain de l’univers", écrit saint Jean dans l'Apocalypse (Ap 1, 8). Ce symbole, dessiné à la base du cierge pascal allumé à la nuit de Pâques, était déjà utilisé chez les premiers chrétiens. On le retrouvait souvent associé au chrisme.

+ © Pascal Deloche / Godong

+ © Pascal Deloche / Godong

LE POISSON

Pour les premiers chrétiens, le poisson évoque directement le Christ. Le mot grec poisson "ICHTUS", constitue également l’acrostiche de l'expression "Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur". Cet idéogramme devient rapidement un bon moyen pour les chrétiens de se reconnaître tout en restant discret. Il se multiplie ainsi sur de nombreux supports, notamment les monuments funéraires. Au fil du temps, le latin remplaçant la langue grecque, le symbole devient moins évident et la croix commence à prendre le pas sur le poisson. 

+ © Gianni Dagli Orti / Aurimages

+ © Gianni Dagli Orti / Aurimages

LA PAON

Plus rare dans l'iconographie chrétienne, le paon se rencontre pourtant parfois comme symbole d'immortalité, encouragé par saint Augustin qui signalait dans La Cité de Dieu que la chair de l'oiseau était incorruptible, à l'image du corps du Christ au tombeau. Avec ses multiples couleurs et sa queue constellée, il évoquait aussi le ciel étoilé et le chœur des anges. Si pendant les premiers siècles du christianisme son image est positive, elle se dégrade vers le Xe siècle lorsque les clercs voient en lui un être de vanité fier de son plumage. 

 + © Shutterstock

+ © Shutterstock

LA COLOMBE

Oiseau associé à Vénus dans la mythologie antique, la colombe est devenue rapidement le symbole chrétien du Saint-Esprit. Un choix justifié par l'épisode du baptême du Christ : "J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et il demeura sur lui." (Jn 1, 32). Symbole par excellence du souffle divin, la colombe est aussi associée à la paix, à la pureté et à l'innocence. Dans l'épisode de la Genèse avec Noé, elle est le messager qui offre un nouvel espoir à l'humanité.

+ © Michel Boucly / Pixabay

+ © Michel Boucly / Pixabay

LE PHÉNIX

Oiseau mythique, le Phénix est né de l'imagination humaine. Sa force symbolique est déjà utilisée au VIIIe siècle avant J.-C., quand le poète grec Hésiode compare sa longévité à la durée de la vie humaine. Symbole d'éternité, l'histoire du Phénix est racontée dans Physiologus, le premier des bestiaires chrétiens. Consumé par le feu sur un autel, le phénix renaît dès le lendemain de ses cendres sous la forme d'un petit oisillon. Très rapidement, les chrétiens l'associent à la mort et la résurrection du Christ mais aussi à la vie éternelle promise à tous les Hommes. 

+ © Shutterstock - Therese Hansen

+ © Shutterstock - Therese Hansen

L'ANCRE

Symbole de la foi et de l'espérance en la Résurrection, l'ancre apparaît dès le IIIe siècle sur les tombes et les fresques des catacombes. Associée parfois à une croix ou au poisson, son utilisation rappelle les mots de saint Paul dans la Lettre aux Hébreux : "Cette espérance, nous la tenons comme une ancre sûre et solide pour l’âme" (He 6, 19). 

+ © Antoine Mekary | ALETEIA

+ © Antoine Mekary | ALETEIA

LE BON PASTEUR 

Avec sa brebis sur les épaules, le bon pasteur rappelle la figure du Christ sauveur. Il est celui qui rassemble les brebis égarées. Le Christ lui-même se présente ainsi dans les Écritures : "Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis" (Jn 10, 11). Rencontrée dans les catacombes, cette iconographie était déjà utilisée dans le contexte funéraire de l'époque romaine et représentait le passeur d'âmes, celui qui les accompagne dans l'autre monde. 

+ © Kristicak-(CC BY-SA 4.0)

+ © Kristicak-(CC BY-SA 4.0)

L'ORANT

L'orant désigne un priant, debout ou à genoux, les bras écartés et levés vers le ciel en signe de prière. Davantage représenté sous des traits féminins, l'orant illustre pour les premiers chrétiens la victoire de la vie sur la mort. Parfois assimilé au défunt enterré dans la tombe, l'orant ne présente parfois aucun signe caractéristique. Il est alors assimilé simplement à la foi ou à l'Église en général. 

Les symboles utilisés par les premiers chrétiens [EN IMAGES]
Les symboles utilisés par les premiers chrétiens [EN IMAGES]
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article